Séance 2 : Epistémologie de l’image archéologique

« La reconstitution des pratiques scientifiques passées via l’analyse de leur iconographie scientifique : L’exemple du chantier-école de fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne) 1946-1963 »  Par : Alfonso Ramirez Galicia Post doctorant Labex CAP-Paris 1 ragakar@gmail.com

Les polémiques sur la modernité cognitive et de comportement chez Néandertal

Depuis la reconnaissance de l’association apparente de restes de Neandertal dans les niveaux châtelperroniens de la Roche à Pierrot à Saint-Césaire (Charente-Maritime) – dans les années 1980 – les découvertes d’Arcy-sur-Cure ont occupé une place centrale dans les polémiques sur le caractère valable – ou non – de cette association et de ses implications sur la place de cette espèce (à côté de l’Homme anatomiquement moderne – HAM) dans les origines de la modernité cognitive et de comportement de l’espèce humaine. En fait, Arcy-sur-Cure est le seul cas d’association – Néandertal-Châtelperron – qui reste, après le rejet récent de l’intégrité stratigraphique de Saint-Césaire. D’autre part, le site d’Arcy-sur-Cure est reconnu comme le foyer d’origine de méthodes modernes de décapage des sols d’habitat, lesquelles ont été perfectionnées par André Leroi-Gourhan et son équipe dans les fouilles du campement des chasseurs magdaléniens de rennes de Pincevent (Seine-et-Marne) à partir de 1964. Cependant, dans les presque 40 ans de polémiques, les critiques ont tourné autour de l’intégrité stratigraphique de l’association Neandertal-Châtelperron à Arcy-sur-Cure et, plus profondément, autour de l’intégrité des données et des pratiques d’excavation de l’école de Leroi-Gourhan (laquelle aurait failli à reconnaître ce manque éventuel d’intégrité). Or, si Arcy-sur-Cure est à la source des méthodes de fouille célèbres de Leroi-Gourhan, il ne devrait pas y avoir des doutes sur leur intégrité. Ainsi, quel est le fond de la question : l’intégrité des données ou celle des fouilles ? La confrontation à ce problème a duré déjà presque 40 ans, notamment parce qu’il ne s’agit pas simplement d’évaluer et de juger les données anciennes à l’aune des standards scientifiques d’aujourd’hui. Il n’y a pas eu – de surcroît – une publication de synthèse des résultats des fouilles de Leroi-Gourhan et il est impossible de « les répéter » en utilisant les méthodes modernes. Ce qui en reste est seulement, les localités « vidées » par les fouilles, les collections de vestiges, et les archives de fouille. Le défi est alors de comprendre la logique de production des données anciennes dans les termes des fouilleurs de l’époque, et de reconstituer en détail le processus de réalisation matérielle de cette construction, dans la vie quotidienne du chantier. Seule cette double compréhension peut nous aider à traduire les résultats anciens dans le langage scientifique de nos jours, condition nécessaire pour entreprendre leur évaluation et leur exploitation à travers les méthodes modernes1

Les archives des fouilles et l’analyse des chaînes opératoires des techniques de décapage archéologique

Les fouilles de l’école d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure ont duré presque deux décennies et – à côté des riches collections de vestiges – elles ont produit une importante et diverse collection d’archives de fouille. La plupart de ces archives a été systématisée et est préservée par le Service des Archives de la MSHM, Nanterre. De surcroît, ce service est chargé de la protection des fonds d’archives (individuels et collectifs) de l’ensemble de chercheurs, laboratoires, équipes et UMR qui constituent la MSHM ; i.e. de presque toutes les traditions d’archéologie et de préhistoire françaises basées à Paris. Notre corpus documentaire appartient au fonds Equipe « Ethnologie préhistorique » et il comporte des milliers de documents divisés en deux catégories analytiques (d’après les intentions particulières de notre recherche). Premièrement, des sources manuscrites et des textes inédits : des journaux et des carnets de fouilles, des rapports d’opération, des demandes de financement, des documents administratifs, des lettres, des textes préparatoires, des brouillons de publications, etc. Deuxièmement, des sources iconographiques : des plans, des profils et des coupes stratigraphiques, des perspectives, des dessins, mais aussi des séries photographiques et des films.La reconstitution en détail des opérations de fouille est fondée sur l’analyse croisée des sources d’archives et de la matérialité des paysages et des vestiges archéologiques qui demeurent jusqu’à nos jours2.L’accent est mis sur la matérialité de l’exécution quotidienne des actes et des opérations de fouille, parce que cette dimension matérielle et pratique est le moyen qui nous permet de combler l’écart entre les rationalisations a posteriori des résultats obtenus – par les fouilleurs de l’époque – et notre compréhension de la partie de ces résultats qui a été intentionnellement transmise dans leurs publications, leurs rapports, leurs communications, etc. En faisant l’analogie avec l’ethnologie, il s’agit ici d’une différence semblable à celle qui existe entre le recueil et l’analyse des explications du fonctionnement des institutions sociales données par un « informateur » membre de la communauté sous étude (perspective « emic », depuis le point de vue des acteurs) et – d’autre part – l’observation directe de l’opération matérielle de cette institution sur le terrain (perspective « etic », depuis le point de vue critique et comparatif de l’observateur scientifique).

Il y a toujours un écart entre ce qu’on dit et ce qu’on fait… entre actes intentionnels et actes inconscients ou involontaires. Et, Ici, l’iconographie scientifique est un moyen privilégié d’accéder au domaine de la vie quotidienne dans le chantier de fouille. Parce qu’elle nous permet de jeter un regard furtif sur ce qui se faisait dans les coulisses de la science en train de se faire sur le terrain. Mais ceci à condition de dépasser le domaine de l’intentionnalité originelle de sa production et de s’en servir comme un témoignage involontaire et indirect3. En effet, c’est Marc Bloch qui a théorisé la différence entre témoignages intentionnels et involontaires. Ainsi, par exemple, les Mémoires de Saint-Simon sont l’une des sources les plus riches et les plus pleines de détails sur les évènements de la cour du Roi-Soleil dont son auteur – duc et pair de France – a voulu faire la chronique. Néanmoins, elles sont en même temps – et de façon involontaire – une source également riche en détails sur « le bagage mental des moines », la psychologie des personnages, les manières et la vie quotidienne à la cour à l’époque de Louis XIV, etc. C’est aussi Marc Bloch qui a souligné – le premier – le rôle central des témoignages involontaires dans le métier des archéologues :

Mieux que beaucoup de récits, ces gestes professionnels [du marchand qui tient à jour son livre de comptes] ou ménagers [de « l’homme des palafittes qui précipitait dans le lac des débris de sa vaisselle »] nous ont livré de quoi reconstituer une structure économique, une mentalité religieuse, une civilisation matérielle.4

Dans la perspective technologique contemporaine, les préhistoriens de la génération actuelle (des années 1980 à nos jours) ont perfectionné une méthode de lecture des témoignages involontaires contenus dans les vestiges archéologiques. Sans avoir recours à des témoignages oraux ou écrits toute recherche des intentionnalités en préhistoire est obligatoirement indirecte. Cependant dans leur matérialité directe les vestiges nous informent de leur morphologie et de leur chronologie. Mais aussi de façon indirecte et involontaire – à travers la reconnaissance, raccord et remontage des cicatrices de fabrication – ils peuvent nous renseigner sur les intentions techniques, les connaissances et les façons de faire propres à une tradition d’artisans du passé.

En partant de cette analogie – avec la perspective technologique des préhistoriens – le cœur de notre approche d’analyse est de ne pas nous limiter à interroger nos sources iconographiques seulement dans le sens de leur intentionnalité directe de production  (en tant que données scientifiques), mais de les interroger en tant que témoins indirects et involontaires des intentions scientifiques, des connaissances et des façons de faire particulières à la communauté scientifique qui les a produites, lors de leur mise en œuvre sur le terrain. Ainsi, par exemple, au lieu de se restreindre à interroger des photos ou des dessins dans leur intentionnalité scientifique  directe –  en tant que représentations visuelles de la stratigraphie et de la structuration spatiale des vestiges (d’après leur compréhension et les interprétations scientifiques de l’époque) – il faut les interroger en tant que témoins involontaires de l’agencement du terrain, de l’outillage et des techniques de fouille utilisées dans le passé, des rythmes et de la division du travail, des conflits internes et externes au chantier, des alliances et des amours tissées… bref, de les interroger à propos du domaine – riche en détails – de la vie quotidienne, dans une sorte de (paléo-) ethnographie des pratiques scientifiques.

Cependant, la clef de la réussite de cette interrogation indirecte de nos sources d’iconographie scientifique consiste en une analyse croisée avec l’ensemble des autres sources d’archive « classiques » ; les interprétations scientifiques actuelles des vestiges archéologiques ; la compréhension de la matérialité des paysages archéologiques comme ils existent aujourd’hui et comme ils sont représentés par les méthodes d’imagerie moderne (photogrammétrie, relevé 3D, SIG, etc.) ; une connaissance « depuis l’intérieur » (par expérience propre) des méthodes et pratiques modernes de terrain ; et un référentiel comparatif de la diversité actuelle et de l’histoire de ces méthodes et pratiques contemporaines. Parce que, pour arriver à appréhender le « point de vue » des artisans du passé – en technologie préhistorique – outre les connaissances et les compétences techniques particulières au métier de préhistorien/archéologue (techniques de fouille et d’analyse typologique), le technologue a besoin du recours à un référentiel expérimental et ethnographique des techniques passées. Bref, le technologue est obligé d’avoir un minimum de connaissances et de compétences dans les domaines des artisans. Comme dans notre cas, l’historien des sciences est obligé d’avoir un minimum de compétences et de formation dans le domaine  particulier de la discipline scientifique sujet d’étude.

Le problème de la contemporanéité comme l’un des axes de l’évolution des techniques de fouille de l’école d’André Leroi-Gourhan

Notre analyse croisée des sources iconographiques, des sources écrites, et de la matérialité actuelle des paysages archéologiques nous a permis de reconstituer en détail l’aménagement spatial de l’ensemble des opérations de fouille  dans le premier sondage à la Grotte du Renne en 1949. Cette reconstitution nous a permis, ensuite, de construire un nouveau corpus de représentations 2D-3D susceptible d’être géoréférencé et intégré dans les SIG contemporains. Ainsi, nous disposons d’une nouvelle source pour analyser/évaluer l’exécution matérielle des actes de fouille (presque) jour par jour. [fig. 1-3]

Fig.1.Diagramme de synthèse de la chaîne d’opérations de fouille dans le premier sondage à la Grotte du Renne en 1949 (d’après Alfonso Ramírez Galicia, 2019)
Fig.2. Reconstitution et interprétation planimétrique contemporaines du relevé topographique de la surface originelle et de la situation du premier sondage à la Grotte du Renne en 1949 (d’après Alfonso Ramírez Galicia, 2019).
Fig.3.Reconstitution et représentation 3D de la séquence d’opérations de fouille du premier sondage à la Grotte du Renne en 1949 (d’après Alfonso Ramírez Galicia, 2019)

 In fine nous disposons maintenant d’une sorte d’image (paléo-) ethnographique des pratiques quotidiennes sur le chantier de fouille. Cette reconstitution nous a permis de retrouver et de publier – pour la première fois – le plan de la première et éventuelle structure de combustion dans un sol d’habitat dans la couche V (Gravettien) de la Grotte du Renne, décapée et enregistrée en 1949 [fig. 4]. Mais aussi cette reconstitution nous a permis de vérifier l’existence de problèmes de décalage dans le système de carroyage pour l’enregistrement des coordonnées 3D des vestiges. En nous permettant de commencer à comprendre leur origine et à conclure qu’il s’agit de problèmes qui ne comportent nécessairement ni des erreurs dans la délimitation des couches géologiques et des niveaux archéologiques, ni des mélanges ou des pollutions en masse entre les couches et les niveaux archéologiques5

.

Fig.4. Plan de la première et éventuelle « structure de combustion » dans un « sol d’habitat » dans la couche V (Gravettien) de la Grotte du Renne, décapée et enregistrée en 1949 (d’après Alfonso Ramírez Galicia, 2019)

Par ailleurs, grâce à l’analyse des sources écrites (notamment la correspondance et les journaux) nous avons mis en lumière le conflit – pour le contrôle et l’exploitation (scientifiques) des grottes d’Arcy-sur-Cure – entre : La tentative de professionnalisation et centralisation de la préhistoire (représentée par l’équipe de Leroi-Gourhan au musée de l’Homme). Et des acteurs locaux dans l’Yonne, notamment les traditions locales de préhistoriens et de spéléologues et les propriétaires privés des terrains. À la fin, ce sont les capacités de négociation (matérielle et symbolique) d’André Leroi-Gourhan avec le jeune conservateur du musée d’Avallon, Pierre Poulain – inventeur, entre autres, de la Grotte du Renne – qui l’on emporté. À travers l’établissement d’un système de dons, reconnaissance et alliances6.

Pour terminer, du point de vue de l’histoire des sciences – notre reconstitution et notre analyse nous ont permis d’éclaircir les lignes directrices du processus d’innovation dans les méthodes de décapage des sols d’habitat. Tout a commencé avec l’établissement de l’ambition d’« aller au-delà » de la description de la typologie et de la chronologie des objets, pour appréhender l’Homme derrière ces objets dans les espaces quotidiens de sa vie domestique. C’était cela l’ambition paléo-ethnologique impulsée par André Leroi-Gourhan – ethnologue – à partir de sa conversion à la préhistoire depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Cependant, cette déclaration de principe concernait directement l’un des problèmes essentiels de l’étude de l’Homme (être social et historique) en préhistoire : le problème de la contemporanéité. En essence, ce problème consiste dans le fait que pour prouver une configuration intentionnelle (ou involontaire) des vestiges dans les sols d’habitat il faut d’abord prouver qu’ils ont été déposés et ensevelis au même moment (sous le mêmes conditions sédimentaires et taphonomiques), et qu’ils ont fonctionné ensemble dans le même contexte socio-historique (qu’ils appartiennent au même groupe humain). in fine, la preuve de contemporanéité permet de construire des corpus de données sur la structuration spatiale des vestiges, lesquels rendent possible l’élaboration d’inférences sur l’organisation sociale et économique des groupes humains du passé, leurs structures technologiques, leurs connaissances, leurs canons artistiques, les lignes générales de leur mentalité, etc.

L’école d’André Leroi-Gourhan a confronté le problème de la contemporanéité depuis ses premiers chantiers – dans des contextes funéraires – mais spécialement dans la fouille des niveaux du Paléolithique inférieur et moyen dans la grotte des Furtins à Berzé-la-Ville (Saône-et-Loire), dans les années 1940. Ici, ils ont été confrontés à la question de la structuration spatiale de crânes d’Ursus spelaeus et de l’éventualité de l’existence d’un « culte de l’ours » – tel qu’il était évoqué par des préhistoriens des débuts du XXe siècle. Cet amoncellement de crânes d’ours, était-il intentionnel ? Ou était-il en réalité le produit de la taphonomie et de l’excavation7? Le problème de  la contemporanéité a été élargi et confronté plus largement dans la définition de sols d’habitat dans les niveaux de la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure depuis 1949 [fig. 4]. Notre analyse nous permet d’argumenter que l’apport de l’école d’Arcy-sur-Cure a consisté en l’expérimentation de plusieurs moyens de mise en évidence et d’enregistrement de la structuration spatiale des vestiges, lesquels ont abouti à la systématisation des principes de décapage des sols d’habitat réalisée dans la publication de la section 36 du campement magdalénien de Pincevent dans les années 19708: groupement, répétition, liaison.

Les deux premiers principes sont fondés sur la démonstration statistique de l’existence de regroupements réitératifs de vestiges – la démonstration quantitative de leur origine non-aléatoire. Le troisième principe (liaison) est fondé sur une métaphore de l’anatomie comparée. En essence cette métaphore consiste à concevoir les sols d’habitat comme des tissus organiques et – par conséquent – de concevoir la fouille comme un processus de dissection dont le but est de mettre en évidence des connexions anatomiques. Comme nous l’a montrée l’analyse de l’expérience de la fouille d’une première et éventuelle structure de combustion lors du premier sondage à la grotte du Renne en 1949. D’après notre hypothèse, cette métaphore provenant de l’anatomie comparée – et exprimée dans la recherche de connexions anatomiques pour prouver la contemporanéité et l’intentionnalité d’un groupement de vestiges – a été le terrain épistémique propice d’un autre développement en quelque sorte inattendu : la réalisation de raccords et de remontages comme preuve des connexions techno-fonctionnelles qui lient les fragments des actions techniques passées dans un même système technique organique, souvent à longue distance spatiale et temporelle. Ainsi, de nos jours – et depuis leur perfectionnement dans les fouilles de Pincevent – les raccords et les remontages sont l’un des fondements des analyses des chaînes opératoires et de la construction des inférences sur l’organisation et sur la vie quotidienne dans les campements des chasseurs du Paléolithique, aussi bien que sur la reconstitution de leurs systèmes socio-économiques à échelle régionale9. La quête de raccords et remontages – comme preuve d’une cohérence techno-culturelle – est finalement à la base des méthodes les plus récentes de critique taphonomique. Comme dans le rejet récent de Saint-Césaire, où les raccords lithiques  ont montré que les soi-disant « niveaux châtelperroniens » étaient en réalité un palimpseste de plusieurs occupations – plus ou moins anciennes – à l’échelle de plusieurs millénaires10. Finalement, la reconsidération critique de l’exécution matérielle des opérations de fouille – que notre analyse nous a permis de réaliser – nous autorise à prendre au sérieux (et sous une nouvelle lumière) l’interprétation des origines de la modernité cognitive et de comportement de l’espèce humaine  dans la pensée d’André Leroi-Gourhan. Plus qu’une spéculation philosophique, elle est solidement assise sur l’expérience d’Arcy-sur-Cure. Leroi-Gourhan est parti de la critique des sources archéologiques primaires et – même si le détail de la résolution stratigraphique n’est pas à la hauteur de celle d’aujourd’hui – il a retenu un fait fondamental : il y a une perméabilité techno-culturelle et biologique de base, laquelle lie l’ensemble des vestiges de la fin du Paléolithique moyen (associés à Neandertal) et ceux des débuts du Paléolithique supérieur (associés à l’homme anatomiquement moderne – HAM).

Si cette perméabilité n’est pas un artefact taphonomique ou un mélange produit par une mauvaise méthode de fouille, elle est  le symptôme d’un fait socio-historique général : un indice de l’existence possible d’un système d’échelle macro-régionale, lequel liait les différents groupes humains dans un milieu technique11 partagé à l’origine des développements parallèles mais indépendants qui caractérisent la transition au Paléolithique supérieur. Dans cette hypothèse, c’est l’ensemble organique –  qui lie des groupes humains différents (notamment, Néandertal et Cro-Magnon) – qui est le sujet des changements et non l’une des parties constituantes considérée de façon isolée. Comme dans l’hypothèse – encore existante dans nos jours ! – de l’arrivée d’une prétendue « race supérieure » (HAM) et la disparition des groupes indigènes considérés comme « primitifs » (Neandertal). Dans les mots d’André Leroi-Gourhan :

On sait maintenant que les paléanthropiens ont été peut-être aussi variés que les races actuelles, on sait par ailleurs qu’il existe une foule de moustériens régionaux, liés entre eux par quelques outils communs et une tradition technique assez large. On sait, au moins par l’exemple d’Arcy, qu’il n’y a pas de coupure brutale entre Paléolithique moyen et Paléolithique supérieur : il n’y a pas d’argument réellement valable pour soutenir que des paléanthropiens physiquement évolués n’aient participé au premier développement des cultures à lames. Ce serait même aller à l’encontre de l’évidence et nier, en milieu paléanthropien, voire archanthropien, les réalisations intellectuelles de l’abbevillien, de l’acheuléen ou du moustério-levalloisien12.

En élargissant cette hypothèse de Leroi-Gourhan vers les polémiques actuelles, nous pouvons conclure que le problème central contenu dans les polémiques sur l’association Neandertal-Châtelperron – la capacité (ou non) de Néandertal pour créer les productions culturelles complexes caractéristiques du Châtelperronien – est un faux problème. En effet, les données récentes nous montrent – encore plus que dans les années 1950 – qu’il y a une synchronicité des transformations et une ressemblance de famille profonde dans les différents techno-complexes de la transition ; ce qui semble renforcer l’idée de l’existence d’un ensemble organique sous-jacent. Par conséquent,  cet ensemble organique – nous le répétons – serait l’auteur des transformations et non l’une de ses parties constituantes. Une discussion – plus féconde et plus riche – pourrait alors se développer pour tenter de confirmer ou infirmer cette hypothèse en se concentrant, par exemple, dans l’élaboration doutils méthodologiques nous permettant daccéder aux dimensions structurelles du comportement humain dans le passé préhistorique, ou encore,  dans la construction de preuves de lexistence (ou non) dun tel ensemble, voire lexplication de ses caractéristiques éventuelles et de son fonctionnement.

  1. Cette communication fait partie des résultats de mes recherches dans le Service des archives de la Maison Sciences de l’Homme Mondes (MSHM), Nanterre, dans le cadre du programme postdoctoral du labex CAP (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en tant que chercheur attaché à l’équipe Ethnologie préhistorique (UMR 7041 ArScAn, MSHM, Nanterre). []
  2. Voir Alfonso Ramírez Galicia, « Revisiter le chantier-école de fouilles d’Arcy-sur-Cure (Yonne) : 1946-1963. Essai (paléo-)ethnologique d’histoire des techniques et des pratiques de la préhistoire contemporaine », Bulletin de la Société préhistorique française, 116/2, 2019, p. 215-254. []
  3. Voir Colleen Morgan, Holly Wright, « Pencils and Pixels : Drawing and Digital Media in Archaeological Field Recording », Journal of Field Archaeology, 43/2, 2018, p. 136-151. []
  4. Marc Bloch, « Réflexions pour un lecteur curieux de méthode » [1939], dans A. Becker et É. Bloch (dir.), Marc Bloch. L’histoire, la guerre, la résistance, Paris, Gallimard (Quarto), 2006, p. 510. []
  5. Voir A. Ramírez Galicia « Revisiter le chantier-école de fouilles d’Arcy-sur-Cure… », art. cité. []
  6. « …l’équipe du musée de l’homme a l’air sérieuse, de bien connaître son histoire, au fond, je préfère que ce soit elle qui bénéficie de la découverte, il faut que je cherche à éclaircir un peu les conditions dans lesquelles cela peut se faire. Ma seule ambition est de voir ce travail bien fait, et si possible d’y participer ». (P. Poulain 1939-1950, apud Le Gueut, 2017, p. 243, dans ibid. []
  7. Voir Alfonso Ramírez Galicia, « La reconstitution des pratiques scientifiques passées via l’iconographie. Les méthodes de décapage archéologique de l’école d’André Leroi-Gourhan », à paraître. []
  8. André Leroi-Gourhan et Michel Brézillon, Fouilles de Pincevent. Essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien (la section 36), Paris, Éditions du CNRS (Supplément à Gallia Préhistoire, 7), 1972. []
  9.  Michèle Julien et Claudine Karlin (dir.), Un automne à Pincevent. Le campement magdalénien du niveau IV20, Paris, Société préhistorique française (mémoire 57), 2014. []
  10. Brad Gravina et al., « No Reliable Evidence for a Neanderthal-Châtelperronian Association at La Roche-à-Pierrot, Saint-Césaire », Nature. Scientific Reports, 8/15134, 2018 (https://doi.org/10.1038/s41598-018-33084-9, consulté le 21 avril 2021). []
  11. André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques I. L’Homme et la matière ; II. Milieu et technique, Paris, Albin Michel (Sciences d’aujourd’hui), 1943 et 1945. []
  12. « Étude des vestiges humains fossiles des grottes d’Arcy-sur-Cure (Yonne) », ALG 158, Texte [1954], fol. 75, Service des archives, MSHM, Nanterre. []

La fabrique des archives photographiques. L’Institut d’art et d’archéologie de Paris (par Alain Duplouy Paris 1 – Trajectoires)

Au xixe siècle, sur le modèle allemand, la plupart des universités européennes se dotent de collections. Qu’il s’agisse de minéralogie, d’entomologie, de botanique, d’anatomie, d’art ou d’archéologie, ces collections servent autant à la recherche fondamentale qu’à l’enseignement1 . C’est le cas des collections de photographies, en particulier dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire de l’art, qui furent parmi les premiers domaines d’application concrète de la photographie au service de la science comme de la vulgarisation. 

À la fin du xixe siècle, la photographie bouleverse de manière radicale l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie en permettant l’observation rapprochée de l’objet, ainsi que sa comparaison avec d’autres œuvres. L’étude textuelle de l’art s’accompagne désormais d’une étude visuelle de l’art. Déjà bien connue dans les universités allemandes à partir des années 1880 grâce à la mise au point du skioptikon ou lanterne magique, la projection de positifs monochromes sur support en verre joua un rôle essentiel dans ce nouveau contexte. Recouvert d’une émulsion sensible à la lumière et découpé en plaques de dimensions variables, le verre est utilisé comme support de photographie dès 1850. Support fragile, il est malgré tout privilégié depuis l’invention du procédé gélatino-argentique en 1878. Cette technique, qui allie une sensibilité accrue à la lumière par rapport aux précédentes plaques au collodion et une simplicité d’utilisation et de conservation, permet alors leur diffusion en grand nombre. À partir des années 1870-1880 de grandes sociétés, telles Braun ou Lumière, diffusent ainsi largement d’importantes séries photographiques. Le support fut largement utilisé dans les universités et dans les grands services photographiques de l’État jusque dans les années 1960-70, avant d’être totalement remplacé par les diapositives et, aujourd’hui, par l’image numérique.

Depuis une quinzaine d’années, alors que les méthodes d’enseignement sont passées au tout numérique, on observe un peu partout en Europe, de la part des institutions culturelles et universitaires, un intérêt pour les archives photographiques et, plus spécifiquement, une tendance à la réappropriation des anciennes collections de plaques de verre, longtemps laissées à l’abandon2. L’intensification du processus de numérisation s’accompagne d’une patrimonialisation de ces images, ainsi que d’une redécouverte de leur valeur artistique par les historiens de l’art, historiens de la photographie et archéologues. Elles présentent également un intérêt historiographique, en ce sens qu’elles renseignent sur l’histoire de ces disciplines et sur l’usage des images dans l’enseignement.

À Paris, la première chaire universitaire d’archéologie est créée en 1876 en Sorbonne, suivie progressivement par deux chaires d’histoire de l’art (art médiéval, puis art moderne). Suivant le modèle allemand du Lehrapparat, les titulaires successifs travaillèrent à l’établissement des collections pédagogiques de références (antiquités et moulages principalement), à la constitution de bibliothèques de séminaire et à la création d’un vaste fonds photographique sur plaques de verre. À peine achevée, la nouvelle Sorbonne de Nénot se révèle toutefois déjà trop exiguë pour héberger le département et ses collections. Grâce au généreux don de la marquise Arconati Visconti, un nouveau bâtiment est donc érigé de l’autre côté du Jardin du Luxembourg entre 1927 et 19323 (fig. 1). Édifice de 5 000 m2 qui se déploie sur quatre étages, l’Institut d’art et d’archéologie accueille alors trois enseignants, quelque deux cents étudiants et les collections de référence constituées en Sorbonne. La Bibliothèque d’art du couturier et mécène Jacques Doucet y est rapidement installée, venant ainsi compléter l’appareil pédagogique et scientifique. Un soin particulier est apporté à l’équipement des salles, en particulier en matière de projection. Si Henry Lemonnier rappelle qu’en Sorbonne on « considérait encore un peu les projections comme un amusement »4 , les enseignants veillèrent à ce que le déménagement s’accompagnât de l’achat de nouveaux dispositifs de projection : dès 1929, Henri Focillon passe ainsi commande à la firme allemande Leitz de Wetzlar (aujourd’hui Leica), par le biais du revendeur parisien Cogit, de trois épidiascopes, quatre dispositifs de projection , un appareil d’agrandissement et deux appareils photographiques. On commande aussi des stores « absolument opaques » pour assombrir les salles lors des projections5 . Enfin, l’Institut d’art et d’archéologie est équipée d’un laboratoire photographique6 . Comme nous le verrons, le fonds photographique, dont la constitution avait été initiée en Sorbonne, s’enrichit continuellement ; il se compose bientôt de plusieurs milliers de plaques de verres, de plusieurs centaines de tirages anciens, auxquels s’ajouteront à partir de 1955 des milliers de diapositives.

Fig. 1 Anonyme, Façade de l’Institut d’art et d’archéologie. Musée Carnavalet, Histoire de Paris G.23765

En 1992, la Bibliothèque Doucet déménage sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale. Pour on ne sait quelle raison, une partie du fonds photographique de l’Institut d’art et d’archéologie – qui ne relevait nullement de la Bibliothèque Doucet, mais bien de l’appareil pédagogique de l’Institut d’art et d’archéologie7 – est alors transférée rue de Richelieu , où il fut inventorié entre 2007 et 2009 dans le cadre d’une subvention accordée par la Fondation Getty (nettoyage, conditionnement et signalement par ensemble)8 . L’autre moitié du fonds demeura à l’Institut d’art et d’archéologie, où il fut bien malheureusement relégué dans ses caves, dans des conditions de poussière et d’hygrométrie qui demeurent aujourd’hui encore fort peu propices à leur conservation pérenne. En 2003, par accord entre les parties, les collections de la Bibliothèque Doucet, propriété de l’ancienne Université de Paris, furent dévolues à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), incluant de facto l’important lot de plaques de verre emporté lors du déménagement9 . L’autre moitié du fonds, en revanche, « oublié » et relégué dans les caves de l’Institut d’art et d’archéologie, demeure d’un point de vue juridique la propriété indivise des treize universités franciliennes issues de la scission de l’Université de Paris, dont la Chancellerie des Universités de Paris a la gestion. D’un point de vue pratique, cependant, le fonds relève surtout de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Sorbonne Université (ex-Paris IV Sorbonne), qui se partagent le bâtiment depuis un demi-siècle. Ces vicissitudes institutionnelles ne facilitent évidemment pas la gestion patrimoniale et l’exploitation scientifique globale de ce fonds photographique ancien.

Ce fonds, aujourd’hui partagé entre deux lieux et trois institutions, contient quelque 70 535 documents photographiques (plaques de projection en verre et tirages papier), dont environ 56 500 plaques en verre. Il ne sera question ici que de ces dernières, car l’Institut d’art et d’archéologie ne possède plus aucun tirage, qui ont tous rejoint l’INHA. Ce n’est pas moins de 40 000 plaques qui sont aujourd’hui conservées rue Michelet, toutes classées à l’intérieur de tiroirs d’anciennes armoires en bois (fig. 2 et 3). Plusieurs meubles « pour clichés de projection » en chêne ciré de 32, 48 et 120 tiroirs avaient en effet été fournis en 1931 par les Établissements Alfred Régy, auxquels s’ajouta un an plus tard un « meuble à clichés » de la société Riffet, Muller et Fiévé10 . Ces armoires venaient remplacer des coffres en bois, dans lesquels les plaques étaient conservées en Sorbonne. Comme le montre un inventaire récent, les plaques y étaient indexées avec une étiquette autocollante sur le cadre de fixage et classées méthodiquement à l’intérieur de tiroirs thématiques (manuscrits, villes de France, artistes, pays, art romain, architecture, peintres, sculpteurs, etc.)11 . Dans l’ensemble, toutes les périodes de l’art sont concernées, de la préhistoire à l’art contemporain – « jusqu’en 1932 », précise une catégorie. Seul le lot relatif à l’art grec antique est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque de l’INHA.

Fig. 2 Armoire à plaques de verre, dans les sous-sols de l’Institut d’art et d’archéologie. Cliché Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Fig. 3 Détail de quelques tiroirs. Cliché Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Peu d’études ont été consacrées à ce dossier, à l’exception de l’intérêt porté par Alexandre Farnoux dans les années 2000. S’il soulignait l’importance de ce matériel comme élément du dispositif pédagogique, en association avec les collections de moulages et d’antiquités, il affirmait aussi que la collection d’images photographiques de l’Institut d’art et d’archéologie était restée figée dans son état de la fin du xixe siècle en Sorbonne et n’avait plus connu d’évolution une fois parvenue rue Michelet au début des années 1930. Il notait en particulier : 

« La place de la photographie est reconnue dans le Programme d’un Institut d’Art proposé en 1920 par Mâle, Schneider et Fougères : sont demandés ‘une cabine à lanterne de projections ordinaires, en couleurs, cinématographiques’ pour l’amphithéâtre et un atelier de photographie ‘pour reproductions, clichés à projections, agrandissements etc.’ […] L’examen du matériel encore disponible nous apprend que le fonds installé rue Michelet est celui de la Sorbonne, sans grande modification. Pour une large part, les clichés sont antérieurs à 1914. Leur analyse est très instructive : ils proviennent des meilleurs éditeurs de la deuxième moitié du xixe et du début du xxe siècle […] Ce fonds d’une grande qualité date de la construction de la nouvelle Sorbonne et a été augmenté de dons variés, provenant de collègues (Th. Homolle) ou d’étudiants à leur retour de voyage […] On peut considérer que l’installation des enseignements à l’Institut d’art n’a pas vu le renouvellement de l’équipement photographique acquis quelque trente ans plus tôt »12

Et d’insister : 

« On constate que des acquisitions de photographies ont été faites dans les années 1880-1890, mais qu’au moment de l’installation triomphante de l’Institut rue Michelet en 1930-1932 grâce à une donation privée, il n’y a pas eu de nouvelle acquisition pour renouveler les fonds documentaires et notamment la photographie. La collection de plaques de projection positives montre la réutilisation d’une iconographie créée à la fin du xixe, ce qui traduit une permanence de la vision de l’antique et de ce qu’on montre comme modèle d’étude. Charles Picard enseigne ainsi l’histoire de l’art avec un corpus photographique de la fin du xixe siècle »13

Sans se focaliser sur l’enseignement de tel ou tel enseignant, une analyse plus poussée du fonds – que n’avait pu mener Alexandre Farnoux – témoigne toutefois d’une situation sensiblement différente.

Les milliers de plaques de verre conservées à l’Institut d’art et d’archéologie montrent tout d’abord, à travers les nombreuses étiquettes et marquages – dont l’étude systématique doit encore être menée –, la diversité des producteurs d’images auprès desquels se fournissaient les enseignants. Mentionnons notamment les « Archives photographiques — 1 bis, rue de Valois, Paris », telles que l’indiquent de nombreuses étiquettes (fig. 4). Il s’agit en fait d’un organisme privé créé par Paul Léon, directeur général de l’École des Beaux-Arts, chargé de l’exploitation commerciale du fonds, ancêtre de l’actuelle agence photographique de la Réunion des musées nationaux. En 1915 était créé la Section photographique de l’Armée (SPA) sous tutelle des ministères de la Guerre, des Affaires étrangères et de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. En 1922 les services des Beaux-Arts reprenaient en charge la conservation des fonds issus de la Section photographique de l’Armée sous le nom d’Archives photographiques des Beaux-Arts, auquel était adjoint en 1923 un organisme privé chargé de son exploitation commerciale. Jusqu’en 1942, la société des Archives photographiques d’art et d’histoire exploita donc ce fonds public, tout en étant chargée de le compléter14 . On voit par cet exemple que le fonds photographique en histoire de l’art et archéologie continua à se développer.

 

Fig. 4 Plaque de projection en verre. Carcassonne, Porte de l’Aude. Archives photographiques. Cliché Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
L’enrichissement de la collection photographique de l’Institut d’art et d’archéologie ne résulte d’ailleurs pas que d’une politique d’acquisition, mais aussi – et peut-être surtout – d’une intense production interne grâce au laboratoire photographique de la Sorbonne puis de l’Institut d’art, comme en attestent les registres de production des plaques de verres et diapositives, récemment numérisés par la Bibliothèque de l’INHA15 . Plusieurs registres ont en effet été conservés ; outre un registre d’entrée commun à plusieurs bibliothèques universitaires (utilisé de 1912 à 1941), trois séries concernent respectivement les tirages photographiques, les plaques de projection en verre et les diapositives :

  • Photographies – Registre n° 2 (n° 2169 à 30494) utilisé de c. 1900 (?) à octobre 1964

  • Plaques de verre – Registre n° 2 (n° 7498 à 15191) utilisé de juillet 1907 à octobre 1921
  • Plaques de verre – Registre n° 4 (n° 22308 à 29707) utilisé de juin 1931 à mai 1937
  • Plaques de verre – Registre n° 5 (n° 29708 à 36665) utilisé de mai 1937 à décembre 1943
  • Plaques de verre – Registre n° 6 (n° 36667 à 46929) utilisé de décembre 1943 à décembre 1959

  • Diapositives – Registre n° 1 (n° 1 à 7815) utilisé de 1955 à juin 1964
  • Diapositives – Registre n° 2 (n° 7816 à 24253) utilisé de juillet 1964 à 1970

Les registres peuvent être situés chronologiquement en suivant les dates indiquées en regard de certaines lignes (fig. 5). Divers registres sont néanmoins manquants : le 1er registre de tirages photographiques (avant 1900), les 1er (avant 1907) et 3e (entre 1921 et 1931) registres de plaques de verre, ainsi probablement qu’un 7e (à partir de 1960), car le 6e – entièrement rempli – se termine avec la mention : « consulter le nouveau registre ». Notons également que le 2e registre de tirages photographiques, intitulé « Université de Paris – Faculté des lettres – Salle des arts – Photographies et moulages », inclut également 125 moulages non numérotés ; ce qui rappelle l’unité de l’appareil pédagogique. L’ensemble – y compris les lacunes connues – correspond à plus de 100 000 entrées, auxquelles il faudrait ajouter les dizaines de milliers de diapositives produites après 197016 . La plupart de ces documents furent produits directement par l’atelier photographique de l’université. Non seulement, le fond est considérable, mais sa constitution ne s’arrêta en rien lors du départ de la Sorbonne.

 

Fig. 4 Plaque de projection en verre. Carcassonne, Porte de l’Aude. Archives photographiques.

Ces registres comprennent par ailleurs une indication des plus intéressantes. Outre des tirages photographiques et des plaques de projection concernant l’art et l’archéologie, ils mentionnent également une série de clichés de géographie. Avant le déménagement de ces départements naguère hébergés en Sorbonne, à la suite de la construction à peu près simultanée de l’Institut d’art et d’archéologie et de l’Institut de géographie, ces clichés formaient en réalité un ensemble unique destiné aux « Sciences auxiliaires de l’Histoire », comme l’indique le titre du registre d’entrée commun des ouvrages de diverses bibliothèques en Sorbonne (Salle des arts, Géographie, Cabinet de paléographie, etc.). Cette collection de géographie fut constituée à l’initiative d’Emmanuel de Martonne, élève et gendre de Vidal de la Blache, géographe spécialiste de l’Europe centrale nommé en Sorbonne en 1909. Elle comprend 11 080 clichés pris entre 1898 et 1954, pour la plupart par les géographes de l’Université de Paris. Bien qu’issues d’une même collection initiée en Sorbonne, les plaques de verre de géographie connurent un parcours distinct, qui les ont amenées d’abord à l’Institut de Géographie, puis dans les locaux d’une unité de recherche17. Elles ont fait l’objet récemment d’un traitement complet, avec numérisation et indexation, par l’UMR PRODIG, donnant lieu à une mise en ligne sur l’archive ouverte MédiHAL18 , selon une démarche qui pourrait servir d’exemple pour les plaques de projection d’art et d’archéologie.

Les enseignants mentionnés dans les registres de production des plaques de verre sont évidemment les titulaires successifs des chaires, de l’art antique à l’art moderne. On y trouve notamment Émile Mâle (1906-1937), René Schneider (1919-1937), Henri Focillon (1924-1938), Pierre Lavedan (1929-1955), Charles Picard (1927-1955), Pierre Demargne (1950-1971) ou André Chastel (1956-1970). Si ces figures tutélaires de la discipline sont bien connues, les registres de production des plaques de projection permettent aussi d’effectuer une plongée inédite dans l’intimité de leurs cours, en suivant l’intérêt de ceux-ci pour tel ou tel domaine, voire en découvrant les sujets d’examen (documentés par des tirages spécifiquement désignés comme tels) sur lesquels ils faisaient plancher leurs étudiants.

Alors que des plaques de verre continuent à être produites pour les enseignements dispensés à l’Institut d’art et d’archéologie au moins jusqu’en 1959, et sans doute un peu au-delà (7e registre manquant), un nouveau format fait son apparition. La diapositive au format 5 x 5 cm contenant une image au format 24 × 36, rendue possible depuis l’avènement du film Kodachrome en 1936, se répand dans l’enseignement universitaire à partir des années 1950. Un registre spécifique y est bientôt consacré à l’Institut d’art et d’archéologie. Il s’ouvre en 1955 avec le don de 541 diapositives de l’Ambassade de France en Allemagne. En 1955, l’Ambassade de France et tous ses services s’installent à Bonn. La Direction générales des affaires culturelles, installée à Mayence depuis 1950, y disposait d’un service photographique, mais celui-ci est peu à peu fondu dans le Service culturel de Bonn pour éviter les rivalités internes ; il s’ensuit une redéfinition de ses activités19 . Ce lot de diapositives ne concerne que des œuvres ou des monuments de France et devait servir à la valorisation du patrimoine français en Allemagne. Devenu inutile au sein des services réorganisés de l’Ambassade, il fut donné à l’Institut d’art et d’archéologie de Paris, sans que l’on connaisse à ce jour le lien spécifique ou l’intermédiaire.

Les deux registres préservés témoignent d’une production croissante de diapositives. Outre des achats réguliers (notamment à l’étranger), la production de ces images s’est poursuivie en interne jusqu’à l’arrêt du laboratoire photographique de l’Institut d’art et d’archéologie au début des années 2000, quand le numérique supplanta définitivement l’argentique. Aujourd’hui, ce sont des dizaines de milliers de diapositives qui sont stockées dans des armoires métalliques, sorte de cabinets de curiosités contemporains. L’Institut d’art et d’archéologie dispose encore de tout le matériel nécessaire (tables lumineuses, appareils de projection), qui est cependant inusité depuis plus d’une décennie maintenant. Le plus grand danger pour ces supports pédagogiques, c’est qu’ils ne semblent pas encore assez anciens pour susciter un quelconque intérêt. Si la plupart des images sont de simples « repiquages » d’ouvrages, de nombreuses diapositives, prises par les enseignants à l’occasion de leurs déplacements (sur des sites archéologiques, dans des expositions ou des musées, en France ou à l’étranger), sont pourtant parfaitement originales, comme ces clichés pris lors de l’exposition « Les cubistes » à l’automne 1973 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris20 , qui témoignent de la scénographie.

Ce fonds de diapositives se trouve aujourd’hui à un moment charnière de son histoire, qui verra à plus ou moins brève échéance – selon l’intérêt des uns et des autres, la place disponible, les éventuels travaux de restructuration du bâtiment, etc. – sa patrimonialisation ou sa disparition. Une destruction pure et simple de ces diapositives au titre de leur obsolescence technique serait assurément dommageable pour l’histoire même de nos enseignements, a fortiori dans une institution où il n’existe plus de service photographique commun et où chaque enseignant s’est aujourd’hui constitué sa propre iconothèque numérique. Si l’on n’y prend garde, avec la conversion au tout numérique, le risque est aussi, comme pour bien d’autres aspects de l’histoire de nos disciplines, de préparer un grand « trou noir » pour les historiens futurs.

  1. Parmi une bibliographie désormais abondante sur le sujet, il convient de retenir P.J. Boylan, « Universities and museums: Past, present and future », Museum Management and Curatorship 18 (1999), p. 43-56 ; M.-C. Lourenço, Between two Worlds: The Distinct Nature and Contemporary Significance of University Museums and Collections in Europe, Diss. CNAM Paris (http://webpages.fc.ul.pt/~mclourenco/) ; S. Bergan et N. Sanz (éd.), Le patrimoine des universités européennes, Strasbourg, 2007. On verra aussi le Committee for University Museums and Mollections (UMAC) of the International Council of Museums (http://umac.icom.museum, consulté le 6 juillet 2021). []
  2. B. Lavédrine, (Re)connaître et conserver les photographies anciennes, Paris, 2007 ; V. Figini-Veron, « Archives et fonds photographiques (I) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 128 (2015), p. 133-140 ; D. Borlée et H. Doucet (éd.), La plaque photographique : un outil pour la fabrication et la diffusion des savoirs (XIXe-XXe siècle), Strasbourg, 2019 []
  3. S. Texier (éd.), L’Institut d’art et d’archéologie. Paris 1932, Paris, 2005. []
  4.   H. Lemonnier, « Un Institut d’histoire de l’art à l’Université de Paris », Revue de l’art ancien et moderne 39 (mars 1921), p. 146. []
  5. AN 20010498/55 (devis des Établissements Cogit, 2 août 1929) ; AN 20010498/52 (devis des Établissements Alfred Régy, 16 juin 1930). Le mobilier de l’Institut d’art et d’archéologie a été étudié par M. Guillon, Le mobilier de l’Institut d’art et d’archéologie : histoire d’un aménagement contraint (1929-1932), mémoire inédit de M1 Patrimoine et musées sous la direction d’A. Duplouy, Paris 1, 2020. []
  6. AN 20010498/52 (facture de Léon Malcouronne, 5 avril 1931). []
  7. Ce qu’admet D. Morelon, « Les collections photographiques de l’INHA, redécouverte d’un ensemble », dans Les collections photographiques spécialisées en histoire de l’art en France. État des lieux, projets. Journée d’études du 30 novembre 2009. Bibliothèque de l’INHA [En ligne], p. [3-5] (www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/annees-2004-2013/les-collections-photographiques.html, consulté le 4 juillet 2021). Avec le don de la Bibliothèque Doucet à l’Université de Paris en 1918, les acquisitions de photographies et plaques de projection connaissent « un brutal coup d’arrêt » au sein de la bibliothèque, tandis que l’atelier photographique lié à celle-ci est lui-même supprimé en 1921. []
  8.   A.-L. Pierre, « Présentation du catalogage des photographies », dans Les collections photographiques spécialisées en histoire de l’art en France. État des lieux, projets. Journée d’études du 30 novembre 2009. Bibliothèque de l’INHA [En ligne], p. [6-7] (www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/annees-2004-2013/les-collections-photographiques.html, consulté le 4 juillet 2021). []
  9. S’agissant de « documentation photographique anciennement initiée par Maxime Collignon à l’Institut d’art pour les professeurs de l’Institut d’Art », D. Morelon (op. cit.) évoque, de manière pudique et vague, un « héritage tardif ». []
  10. AN 20010498/52 (facture des Établissements Alfred Régy, 30 juin 1931 ; facture de la société Riffet, Muller, Fiévé, 20 mai 1932). []
  11.   Laura Piroux, étudiante du master Patrimoine et musées, a produit un pré-inventaire des plaques de verre conservées à l’Institut d’art et d’archéologie, détaillant le contenu de chaque tiroir dans le cadre d’un stage effectué à l’été 2018 en partenariat avec l’INHA. []
  12. A. Farnoux, « L’enseignement de l’art antique et l’Institut d’art et d’archéologie », dans S. Texier (éd.), L’Institut d’art et d’archéologie. Paris 1932, Paris, 2005, p. 132-140 (citation, p. 135-136). []
  13. A. Farnoux, « Les collections photographiques de l’Institut d’art et d’archéologie », dans Les collections photographiques spécialisées en histoire de l’art en France. État des lieux, projets. Journée d’études du 30 novembre 2009. Bibliothèque de l’INHA [En ligne], p. [14] (www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/annees-2004-2013/les-collections-photographiques.html, consulté le 4 juillet 2021). []
  14. V. Figini-Veron, « Archives et fonds photographiques (I) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 128 (2015), p. 136-137 ; I. Gui, « Photographies et monuments historiques : les fonds photographiques de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine », Livraisons de l’histoire de l’architecture [En ligne] 31 (2016), mis en ligne le 14 juillet 2018 (http://journals.openedition.org/lha/618, consulté le 4 juillet 2021). []
  15.   Ces registres, conservés à la Bibliothèque de l’INHA, ont été numérisés en 2018 dans le cadre d’une collaboration avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. []
  16.   Le 2e registre de diapositives est entièrement rempli et sans doute fut-il suivi d’un autre, dont nous n’avons aucune trace. Plus de 50 000 diapositives sont aujourd’hui conservées à l’Institut d’art et d’archéologie, pour ce qui relève des enseignements de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il faut en effet compter, à partir de 1971, avec la partition du bâtiment en deux universités, qui se partagèrent l’utilisation du laboratoire photographique, mais pas les diapositives produites. []
  17.   L’UMR PRODIG fut longtemps domiciliée rue Valette (5e arr.) jusqu’à son déménagement sur le Campus Condorcet à l’été 2019. Ses collections furent intégrées au Grand Équipement Documentaire (GED), à l’exception des plaques de projection en verre, qui ne faisaient pas partie des collections acceptées. Dans l’attente d’une localisation pérenne, celles-ci furent entreposées, de manière provisoire, dans les sous-sols de la Maison des Sciences Économiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Boulevard de l’Hôpital, 13e arr.) []
  18.   Photothèque de l’UMR PRODIG : https://medihal.archives-ouvertes.fr/PRODIG-PLAQUES-DE-VERRE (consulté le 5 juillet 2021). Les registres de production des plaques ont été communiqués aux géographes, qui en ignoraient l’existence ; ce qui permettra de relancer et de poursuivre leur travail d’indexation. []
  19. Sur ce dossier, voir E. Picard, Des usages de l’Allemagne. Politique culturelle française en Allemagne et rapprochement franco-allemand, 1945-1963. Politique publique, trajectoires, discours, Diss. Institut d’études politiques de Paris – Sciences Po, 1999 (https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00267294, consulté le 21 novembre 2020). []
  20. G. Martin-Méry et J. Lassaigne (éd.), Les Cubistes. Bordeaux, Galerie des Beaux-arts (4 mai-1er septembre 1973) – Paris, Musée d’art moderne de la ville de Paris (26 septembre-10 novembre 1973), Bordeaux, 1973. []

Séance 1 « La révolution des images » Jean-Paul Demoule ( Paris 1/Inrap) – Mercredi 23  septembre salle W.Benjamin 17h30-19h

 L’archéologie est intrinsèquement indissociable des images, à la fois parce qu’elle montre des objets concrets, et parce que sa profondeur temporelle lui permet de retracer l’histoire des images. D’abord indissociable de l’histoire de l’art, puis chargée ensuite, en tant que « discipline auxiliaire de l’histoire », d’illustrer par ses trouvailles les textes antiques, elle a vu néanmoins le champ de ses objets s’élargir à l’infini, jusqu’à des formes microscopiques, sinon totalement abstraites. Toutefois, étant donné sa popularité dans le grand public, friand de « trésors », sans compter son exploitation touristique, l’archéologie contemporaine continue de recourir abondamment aux images spectaculaires. Les images elles-mêmes sont apparues il y a 40.000 ans à peine, ce qui ne représente donc que moins d’un huitième de l’histoire totale d’homo sapiens. Elles ont accompagné étroitement la complexité croissante des sociétés humaines, avec les préoccupations successivement apparues autour de la sexualité, de la mort, et enfin du pouvoir, qui se sont superposées sans se remplacer, même si l’ostentation profane a occupé au fil du temps une place grandissante. (J.P.D)

Figurine, -6000, fouilles Marion Lichardus-Itten et Demoule, Bulgarie, 1986- 2007

Séance 2 : Epistémologie de l’image archéologique

La reconstitution des pratiques scientifiques passées via l’analyse de leur iconographie scientifique L’exemple du chantier-école de fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne) 1946-1963  Alfonso Ramirez Galicia (Labex CAP-Paris 1) 

La reprise des données et des fouilles de sites archéologiques anciennement fouillés est toujours une entreprise difficile et polémique. Comme, normalement, il s’agit de gisements riches et exceptionnels ils ont été soumis à des transformations – plus ou moins destructrices – produites par les recherches archéologiques qui se sont succédées au fil des siècles. L’étude des archives de fouille – couplé à celle de la matérialité actuelle des paysages archéologiques – est l’une des voies possibles pour reconstituer la vision scientifique et les pratiques qui ont produit ces anciennes données.

Cependant, il s’agit d’une voie indirecte car il faut retrouver la logique non-verbalisée, matériel et collective qu’a guidée la réalisation quotidienne des actes scientifiques, par-dessous leur intentionnalité avouée. Ces archives comportent souvent des riches corpus iconographiques : des dessins, des croquis, des plans des relevés de coupes, des séries photographiques et des films. In fine, cette reconstitution des pratiques scientifiques passées nous permet de comprendre la logique de construction des données anciennes pour les recontextualiser et les exploiter à travers les méthodes modernes. Nous réviserons cette nouvelle démarche dans le cas du chantier-école de fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure, site clef dans le développement des méthodes modernes de décapage des sols d’habitat et dans la discussion de la place de Neandertal dans l’avènement de la modernité humaine.(A.RG)

Séance de réflexion, Pincevent 1969, source : P. Soulier , André Leroi-Gourhan (1911-1986). Une vie, Paris, CNRS Éditions (Le passé recomposé), 2018.

« Fiches, croquis, clichés: sur les pratiques documentaires d’André Leroi-Gourhan » : Nathan Schlanger (École des Chartes/Laboratoire Mabillon)

Je me propose dans cette intervention de mettre à profit les riches et diversifiés fonds d’archives découlant des activités ethnologiques et archéologiques d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) pour exposer ses pratiques documentaires, et notamment ses usages de l’image. En m’appuyant sur la notion de ‘chaîne opératoire’ comme sur celle de ‘génétique textuelle’, je vais tenter d’éclairer la production du savoir sur le passé et le présent de l’humanité par un savant tout aussi transdisciplinaire que peu discipliné. (N.S)

Séance 3 : La fabrique des archives archéologiques : Les Instituts d’archéologie classique Alain Duplouy (Paris 1 /Trajectoires)- Mercredi 25 novembre 17h (sur zoom)

En tant que premier lieu d’enseignement de la discipline, les instituts d’archéologie s’enrichissent dès leur fondation de collections photographiques à but pédagogique. À cet égard, Adolf Michaelis, premier titulaire de la chaire d’archéologie classique en France, était convaincu que la photographie avait « appris à regarder d’une nouvelle façon ». Le fonds de tirages photographiques conservé au musée Michaelis, rattaché à l’institut d’archéologie classique de Strasbourg, en est le plus beau témoignage. De même, l’Institut d’art et d’archéologie de Paris conserve plusieurs milliers de plaques de verres, plusieurs centaines de tirages anciens datant de la fin des années 1890, et plusieurs milliers de diapositives. (A.Y)

Galliergruppe – Groupe des gaulois, (musée des moulages de Strasbourg), entre 1884 et 1897, Musée de l’Institut d’Archéologie classique de Strasbourg, fonds Adolf Michaelis 

Lien vidéo de la séance :

https://pantheonsorbonne.zoom.us/rec/share/V5uAPv20nQdBFApVYll1jFDrnNhm42cr8f9v3CmmDQnQY0v0i9E-prszuFwmpW9C.yeP5yDhQKvTTTT5X  Passcode: yN^rx8#e 

Séance 5 : L’archéologie de la Gaule par l’image – Mercredi 20 janvier 17h30-19h (séance ZOOM) envoi du lien sur inscription 

« Dans l’objectif d’Espérandieu. Les archives photographiques des fouilles du sanctuaire d’Apollon Moritasgus » (Olivier de Cazanove – Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Arscan et Vivien Barrière – CY Cergy-paris Université/FRE*HERITAGE).   

Comment les fouilles d’Alise Sainte Reine, et en particulier celles du grand sanctuaire d’Apollon Moritasgus à la Croix Saint-Charles (1909-1913) dirigées par Emile Espérandieu ont-elles été illustrées par la photographie ? Quels ont été les choix stratégiques alors opérés ? La reprise des fouilles à partir de 2008 a permis de mieux comprendre la documentation ancienne tandis que, de manière complémentaire, l’étude du fonds photographique, menée conjointement aux travaux de terrain, a autant contribué à la compréhension de l’activité des fouilleurs d’Espérandieu qu’à celle du sanctuaire gallo-romain.  (V.B-O.C)

Temple octogonal, vue extérieure des fossés fg et gh du portique, Espérandieu ?, 1909, Palais du Roure Fondation Flandreysy-Espérandieu 

« Documenter et photographier les Antiquités nationales » Laurent Olivier (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye) 

Dans toute l’Europe, les années 1860 sont la « décennie prodigieuse » de l’archéologie, qui voit se multiplier les fouilles et les découvertes – révélant la profondeur et la diversité d’un nouveau domaine des Sciences historiques : les Antiquités nationales. L’illustration joue un rôle crucial dans la transcription, la diffusion et la discussion de ces matériaux historiques nouveaux que sont les vestiges archéologiques. Très tôt, la photographie s’impose aux côtés du dessin et du relevé graphique et favorise l’éclosion d’un nouveau langage visuel propre à l’archéologie des Antiquités nationales. Ainsi, l’illustration archéologique, et notamment la photographie, permet-elle de suivre les transformations des connaissances de cette nouvelle branche du savoir archéologique. On voit ainsi comment les chercheurs de la fin du XIXe siècle et des débuts du XXe s’emploient à tenter de déchiffrer les sites et les vestiges archéologiques pour en donner la meilleure représentation. (L.O)

Statuettes de Brassempouy, fouilles de M. Piette,  album photographique (archives de la Société d’anthropologie de Paris) , Muséum national d’histoire naturelle (Paris)

Séance 6 : La photographie de fouilles en Afrique du Nord et en Orient – Mercredi 10 Février 17h30-19h. (séance sur Zoom- envoi du lien sur inscription)

« Photographier les fouilles archéologiques en Égypte (1890-1950) » Vanessa Desclaux (BnF/HiSoMA)

Entre les clichés orientalistes du voyage en Égypte et la mise en scène de la découverte véhiculée dans la presse dont s’est notamment fait l’écho à la thèse Anne Lacoste (2008), que savons-nous de la pratique photographique sur les premiers chantiers de fouilles du pays des Pharaons ? L’attention extrême apportée à la question par Howard Carter dans son récit de la découverte de la tombe de Toutânkhamon et l’abondance des prises de vues d’Henri Burton comme des agences photographiques, telle l’agence Roll, est redevenue tout dernièrement d’actualité. La question suscite plus que jamais l’intérêt des archéologues-égyptologues qui accordent désormais une large part à l’exploitation des archives et des vues inédites comme en témoignent quelques exemples de titres de monographies publiées ces quinze dernières années : Karnak dans l’objectif de Georges Legrain (2004), Unseen Images : Archive Photographs in the Petrie Museum. Volume 1. Gurob, Sedment and Tarkhan (2008), Fouilles à Baouît. II (2019), Étienne Drioton et l’Égypte (2019). L’enquête archivistico-photographique accompagne les travaux de terrain en même temps que se déploie l’intérêt pour l’histoire des institutions, la valorisation du patrimoine de ces dernières et le développement des bibliothèques numériques, dans un mouvement qui n’est pas réservé à l’Égypte. Au milieu de ce foisonnement qui a permis la mise au jour de documents et de noms oubliés, nous tenterons d’esquisser les premiers jalons de cette photographie de fouille, ses acteurs, ses usages tout en évaluant le rôle qu’ont pu jouer les établissements, comme l’École française du Caire – Institut français d’archéologie orientale, certaines personnalités ou fouilles marquantes. (V.D)

Fouilles de Louqsor du pharaon Tu Tenk Amen [i.e. Toutankhamon], corbeille, pantoufles, perles, etc (Howard Carter supervisant le transport d’objets)     https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53097240t.r=toutankhamon?rk=686698;4

« Photographies anciennes et matérialité des œuvres : étude de cas autour d’objets de Suse (Iran)» Clelia Paladre – Julien Cuny (Musée du Louvre Département des Antiquités Orientales) 

Le fonds photographique du département des Antiquités orientales est riche de plusieurs milliers de photographies (négatifs sur plaque de verre, négatifs souples, tirages papier ou diapositives) prises lors des fouilles archéologiques que le musée du Louvre a mené dès le milieu du 19e siècle au Proche et Moyen-Orient. Une large part de ce fonds est dédié au site de Suse, dans le sud-ouest de l’Iran, où les archéologues français ont œuvré en 1885-1886, avec les fouilles pionnières de Marcel et Jane Dieulafoy, puis sans interruption de 1897 à 1979, sous les directions successives de Jacques de Morgan (1897-1912), Roland de Mecquenem (1912-1946), Roman Ghirshman (1946-1968) et Jean Perrot (1968-1979). Ce fonds patrimonial précieux, actuellement en cours de numérisation et d’étude, est en grande partie inédit, seuls quelques-uns de ces clichés ayant été utilisés, en tant que tels ou comme modèle de gravures, pour illustrer les articles, ouvrages et rapports présentant les résultats de la mission. Leur identification progressive permet de préciser le contexte archéologique de certaines trouvailles, la chronologie des découvertes, et illustrent aussi les méthodes de fouilles et la vie quotidienne de ces missions archéologiques. Au-delà, certaines de ces photographies documentent l’état des objets au moment de leur découverte et les restaurations anciennes qu’ils ont subies, et permettent d’en retracer l’histoire matérielle. A travers des exemples choisis et la présentation de campagnes de restauration en cours pour lesquelles ces photographies anciennes se sont avérés primordiales, nous interrogerons ainsi l’importance de cette documentation à l’aune de l’étude de la matérialité des œuvres dont le musée du Louvre est aujourd’hui le conservatoire. (F.B)

Fouilles de la grande tranchée dite de Morgan sur le tell de l’Acropole de Suse (Iran), vers 1900-1905, archives du département des Antiquités orientales, musée du Louvre

 

Séance 7 : Documenter l’archéologie romaine et pré-romaine du temps de l’argentique (mercredi 10 mars)- 17h30-19h (sur zoom)

« La documentation photographique et les pratiques de fouilles à Eboli »  Alain Schnapp (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Arscan) et Lucas Aniceto (Post-doctorant Labex les Passés dans le présent) 

De 1973 à 1984 Alain et Annie Schnapp réalisent une série de fouilles à Eboli dans la région de Montedoro. Déposées à la bibliothèque d’archéologie de Paris 1 les archives de fouilles sont riches d’une importante documentation photographique (plusieurs centaines) réalisée à la technique argentique.  La réflexion portera sur  le système documentaire lié à la fouille en carrés Wheeler et à la priorité donnée à la stratigraphie. On réfléchira sur l’usage des polaroïds et des différents formats de prise de vue ainsi que sur leur insertion dans le journal de fouille. (A.Y) 

Photo aérienne du sanctuaire d’Eboli, 1975

 » Chantier de fouilles archéologiques de la Vigna Barberini (Rome, Palatin) : de la photographie sur support argentique à la photogrammétrie «   Françoise Villedieu (centre Camille Jullian) 

C’est en 1985 que furent entreprises les recherches menées en collaboration par l’École française de Rome et la Soprintendenza Archeologica sur le site de la Vigna Barberini. À partir de cette date, et jusqu’en 1998, chaque année plusieurs équipes intervenaient sur le terrain. En 2009, les travaux reprirent dans un nouveau secteur, où fut mise au jour la cenatio rotunda du palais de Néron. Le premier sondage fut élargi et l’enquête poursuivie en profondeur au cours des campagnes de 2010 et 2014. Si nous sommes restés fidèles à la méthode adoptée dès le départ pour analyser la stratification, les outils employés pour réunir une documentation qui soit la plus exhaustive possible ont connu des changements significatifs. Continuer la lecture de « Séance 7 : Documenter l’archéologie romaine et pré-romaine du temps de l’argentique (mercredi 10 mars)- 17h30-19h (sur zoom) »

Séance 8 : L’Archéologie à l’ère du numérique – 14 avril sur zoom 17h30-19h

« La 3D en archéologie : mirage ou nouvelles frontière » François Giligny (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-UMR TRAJECTOIRES) 

En passe de devenir une technologie de routine en archéologie, la 3D est-elle pour autant une révolution au sens méthodologique du terme. Nous proposons de discuter des usages de la 3D en archéologie et des éléments nouveaux qu’elle introduit, à la fois en termes de perception des vestiges, de traitement et d’analyse des données, mais aussi de son potentiel de valorisation en archéologie.

« De l’archéologie des images aux technologies 3D, cheminement et questionnements »  Jean-François Bernard (Université de Pau/IRAA)

La fabrication des images archéologiques a fait l’objet, pendant cinq siècles, d’une lente élaboration et de la mise au point d’un langage spécifique. Dans ce domaine, les nouvelles technologies bousculent les pratiques, renouvèlent les usages et modifient les codes visuels. Continuité ou rupture ? quel dialogue entretiennent les images d’hier avec celles de demain ? (J.F.B) 

                                                            

Restitution du monument de Néréides, projet ArchXant. Dessin J.-F. Bernard