Séance 7 : Documenter l’archéologie romaine et pré-romaine du temps de l’argentique (mercredi 10 mars)- 17h30-19h (sur zoom)

« La documentation photographique et les pratiques de fouilles à Eboli »  Alain Schnapp (Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Arscan) 

De 1973 à 1984 Alain et Annie Schnapp réalisent une série de fouilles à Eboli dans la région de Montedoro. Déposées à la bibliothèque d’archéologie de Paris 1 les archives de fouilles sont riches d’une importante documentation photographique (plusieurs centaines) réalisée à la technique argentique.  La réflexion portera sur  le système documentaire lié à la fouille en carrés Wheeler et à la priorité donnée à la stratigraphie. On réfléchira sur l’usage des polaroïds et des différents formats de prise de vue ainsi que sur leur insertion dans le journal de fouille. (A.Y) 

Photo aérienne du sanctuaire d’Eboli, 1975

 » Chantier de fouilles archéologiques de la Vigna Barberini (Rome, Palatin) : de la photographie sur support argentique à la photogrammétrie «   Françoise Villedieu (centre Camille Jullian) 

C’est en 1985 que furent entreprises les recherches menées en collaboration par l’École française de Rome et la Soprintendenza Archeologica sur le site de la Vigna Barberini. À partir de cette date, et jusqu’en 1998, chaque année plusieurs équipes intervenaient sur le terrain. En 2009, les travaux reprirent dans un nouveau secteur, où fut mise au jour la cenatio rotunda du palais de Néron. Le premier sondage fut élargi et l’enquête poursuivie en profondeur au cours des campagnes de 2010 et 2014. Si nous sommes restés fidèles à la méthode adoptée dès le départ pour analyser la stratification, les outils employés pour réunir une documentation qui soit la plus exhaustive possible ont connu des changements significatifs. Dès l’origine, nous nous étions tournés vers l’informatique pour enregistrer les données. Très tôt, dans les années 1990, nous avons exploité les possibilités offertes par le DAO en 2D et en 3D. En ce qui concerne la photographie, c’est seulement dans les années 2000 qu’il fut possible d’opter pour le numérique, tout d’abord pour réunir des documents étroitement apparentés à leurs prédécesseurs, puis en nous orientant vers la photogrammétrie. Cette dernière technique ouvre de nouvelles perspectives car, en réunissant les informations qui précédemment étaient fournies séparément par la photographie et par le relevé, elle répond à toutes nos exigences en matière de documentation iconographique. Dans l’exposé de ce long parcours, je me concentrerai sur l’évolution des pratiques dans le domaine de la photographie.  (F.V) 

Vue aérienne du chantier de la Vigna Barberini durant la campagne de 1998 (cliché SAR).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.