Séance 3 : Les archives de fouilles en archéologie romaine: évolution et dynamique des corpus   ( 23 mars) 17h30-19h30 –  (sur zoom)  

EpiCherchell : la place de la photographie dans un projet de recherche Philippe Leveau, Bruno Baudoin, Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian, Aix Marseille Univ, CNRS, Aix-en-Provence, France)

Le projet d’édition du Corpus des inscriptions de Césarée de Maurétanie, piloté par le Centre Camille Jullian, a été initié en 2010 par Philippe Leveau (Professeur émérite d’archéologie à l’Université d’Aix-Marseille). Il a pour objectif de publier tous les textes épigraphiques, grecs et latins, de l’ancienne capitale de la province romaine de Maurétanie Césarienne, l’actuelle Cherchell en Algérie. L’épigraphie de Césarée présente des inscriptions gravées entre l’époque des rois Juba II et Ptolémée et l’Antiquité tardive et chrétienne. Elle se distingue par sa richesse quantitative (quelque 1300 textes) et qualitative (avec des catégories d’inscriptions très diverses, dédicaces, hommages, épitaphes, etc., gravées sur des supports variés et parfois accompagnées de reliefs).

A partir de l’ensemble de la documentation (archives et photographies) produite et réunie par Philippe Leveau lors de ses travaux en Algérie et mise à disposition de la communauté scientifique dans le cadre du Consortium MASA (Mémoires des archéologues et des sites archéologiques) labellisé par l’IR* Huma-Num, dès 2013, une base de donnée collaborative en ligne : EpiCherchell (http://ccj-epicherchel.huma-num.fr/)  a été créée au Centre Camille Jullian (CCJ) pour l’étude du corpus des inscriptions antiques de Caesarea de Maurétanie.

Cet outil numérique de recherche, de formation et de publication, s’intègre dans l’écosystème numérique du Consortium en mettant en œuvre l’ensemble des principes FAIR, ainsi que dans le paysage de l’épigraphie numérique internationale.

Le cœur du projet repose sur l’utilisation de clichés argentiques des années 1960 en tant que source de documentation et objet d’étude. Au-delà de la présentation du contexte, nous aborderons les choix techniques mis en œuvre dans le projet (numérisation, indexation, stockage, archivage, valorisation…), mais aussi scientifiques ainsi que l’apport et le traitement de cette documentation iconographique au sein du projet EpiCherchell comme par exemple l’utilisation du XML, la norme IIIF. Au-delà, nous aborderons comment des clichées argentiques numérisés peuvent être le point de départ d’un projet interdisciplinaire : Epi2DAP (Epigraphic Data Analysis & Data Processing) portant sur la reconnaissance automatique de forme avec le Corpus épigraphique de Cherchell. (P.Leveau, B.Baudoin, S.Satre)

 

Dédicace votive à Caelestis Auguste  ou à Cérès Auguste par Cestia Dubitata, Canistraria @Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, Minist Culture & Com)  

 

Mémoires passées, mémoires futures… L’évolution des méthodes de production du corpus iconographique issu des fouilles du site antique de Saint-Romain-en-Gal. Laurence Brissaud, Attachée principale de conservation du patrimoine au musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal,  ENS/AOROC

 Le site archéologique de Saint-Romain-en-Gal révèle les composantes d’un vaste quartier urbain qui s’est développé entre le Ier siècle av. J.-C. et le IVe siècle ap. J.-C. Il témoigne, en rive droite du Rhône, de l’expansion de Vienna , agglomération implantée en rive gauche depuis le Ve siècle av. J.-C. Les vestiges dégagés sur près de 7 ha, restaurés et présentés au public, permettent aujourd’hui de découvrir l’un des sites majeurs de la Gaule romaine.

 Depuis le XVIIIe siècle, les découvertes fortuites dévoilaient dans ce secteur la présence de riches mosaïques mais ce n’est qu’au milieu des années 1960 que le projet d’implantation d’un lycée marqua le point de départ de recherches d’ampleur. Des sondages ponctuels confirmèrent, dès 1965, la présence de riches habitats. Ils affirmèrent surtout, en ce lieu, l’existence d’une véritable organisation urbaine.     Ces observations débouchèrent, en 1967 et 1968, sur la réalisation d’un dégagement d’envergure qui mis pleinement en évidence l’originalité du quartier, la variété, la complexité de ses constructions dotées de puissantes fondations, la richesse des pavements issus des vastes domus. La conjonction de ces éléments engendra la préservation du site puis, son acquisition par le Département du Rhône qui, depuis 1970, assure son entretien et sa mise en valeur. De 1981 à 2012, une équipe archéologique permanente a mené des campagnes de fouilles programmées qui ont fait ressurgir l’exceptionnelle stratification du site. Les recherches ont ainsi permis la mise au jour de multiples niveaux d’occupation qui ont entrainé dans ce secteur de la ville un exhaussement du sol de plus de 4 m d’épaisseur. Parallèlement à l’identification des différentes constructions, l’étude des réseaux viaires et hydrauliques, associée à l’analyse des vestiges, a révélé toute la complexité de l’évolution urbaine. L’ensemble des travaux générés par les archéologues et les différents intervenants qui se sont succédé sur le terrain (IGN, ACMH, entreprises de restauration…) a ainsi induit la production d’archives d’une grande diversité.

 Dans le cadre de cette présentation, nous nous attacherons donc à retracer l’évolution des méthodes spécifiques d’acquisition des données, des protocoles d’enregistrement qui ont été élaborés au fil des fouilles et recherches des équipes qui, depuis près de 50 ans, se sont attelées à l’étude, la préservation et la transmission de cette réserve de sens.Le musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal, propriété du Département du Rhône, génère aujourd’hui une étape importante de son histoire. Il développe, autour d’un système d’information géographique, le projet Mnémosyne qui s’adresse aux scientifiques et aux publics. Il constituera, pour les scientifiques, un référentiel évolutif qui s’enrichira des données délivrées par les fouilles futures et offrira au grand public un accès simple et adapté à l’information. Socle du  nouveau Projet Scientifique et Culturel du musée de site, Mnémosyne permettra de revisiter, de synthétiser les archives du sol.  Ce SIG contribuera à transmettre la perception du site antique dans “l’à-venir” ainsi que les hypothèses, la mémoire des archéologues du lieu qui ont “des mains qui pensent (réf. Ph. Mercoiret) ». (L. Brissaud)

 

La rue du Commerce. Site archéologique de Saint-Romain-en-Gal. Cliché stéréoscopique 57 (couple stéréoscopique 57-157). IGN. Centre de Photogrammétrie Architecturale et Archéologique. Mission réalisée pour le compte du Ministère des Affaires Culturelles. Cliché, J.-L. Lemaitre. Août 1968. Fonds d’archives patrimoniales du musée et sites gallo-romains de Saint-Romain-en-Gal. Droits de reproduction acquis par le Département du Rhône.



Citer ce billet
Anissa Yelles (2022, 5 mars). . Séminaire doctoral "Archéologie et photographie" ED112-ArScAn UMR7041 . Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcqm

Anissa Yelles

Anissa Yelles est docteur en archéologie romaine et chercheur associée au laboratoire ArScAn équipe GAMA. Ses recherches sont consacrées à la réutilisation des archives photographiques de fouilles comme sources primaires pouvant contribuer au renouvellement des connaissances pour l’étude matérielle (archéologie du bâti) des sites romains de la période tardo-républicaine et impériale en contexte urbain stratifié (en Gaule-romaine, Italie et Afrique Proconsulaire).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search