Séance 6 : La photographie de fouilles en Afrique du Nord et en Orient – Mercredi 10 Février 17h30-19h. (séance sur Zoom- envoi du lien sur inscription)

« Photographier les fouilles archéologiques en Égypte (1890-1950) » Vanessa Desclaux (BnF/HiSoMA)

Entre les clichés orientalistes du voyage en Égypte et la mise en scène de la découverte véhiculée dans la presse dont s’est notamment fait l’écho à la thèse Anne Lacoste (2008), que savons-nous de la pratique photographique sur les premiers chantiers de fouilles du pays des Pharaons ? L’attention extrême apportée à la question par Howard Carter dans son récit de la découverte de la tombe de Toutânkhamon et l’abondance des prises de vues d’Henri Burton comme des agences photographiques, telle l’agence Roll, est redevenue tout dernièrement d’actualité. La question suscite plus que jamais l’intérêt des archéologues-égyptologues qui accordent désormais une large part à l’exploitation des archives et des vues inédites comme en témoignent quelques exemples de titres de monographies publiées ces quinze dernières années : Karnak dans l’objectif de Georges Legrain (2004), Unseen Images : Archive Photographs in the Petrie Museum. Volume 1. Gurob, Sedment and Tarkhan (2008), Fouilles à Baouît. II (2019), Étienne Drioton et l’Égypte (2019). L’enquête archivistico-photographique accompagne les travaux de terrain en même temps que se déploie l’intérêt pour l’histoire des institutions, la valorisation du patrimoine de ces dernières et le développement des bibliothèques numériques, dans un mouvement qui n’est pas réservé à l’Égypte. Au milieu de ce foisonnement qui a permis la mise au jour de documents et de noms oubliés, nous tenterons d’esquisser les premiers jalons de cette photographie de fouille, ses acteurs, ses usages tout en évaluant le rôle qu’ont pu jouer les établissements, comme l’École française du Caire – Institut français d’archéologie orientale, certaines personnalités ou fouilles marquantes. (V.D)

Fouilles de Louqsor du pharaon Tu Tenk Amen [i.e. Toutankhamon], corbeille, pantoufles, perles, etc (Howard Carter supervisant le transport d’objets)     https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53097240t.r=toutankhamon?rk=686698;4

« Photographies anciennes et matérialité des œuvres : étude de cas autour d’objets de Suse (Iran)» Clelia Paladre – Julien Cuny (Musée du Louvre Département des Antiquités Orientales) 

Le fonds photographique du département des Antiquités orientales est riche de plusieurs milliers de photographies (négatifs sur plaque de verre, négatifs souples, tirages papier ou diapositives) prises lors des fouilles archéologiques que le musée du Louvre a mené dès le milieu du 19e siècle au Proche et Moyen-Orient. Une large part de ce fonds est dédié au site de Suse, dans le sud-ouest de l’Iran, où les archéologues français ont œuvré en 1885-1886, avec les fouilles pionnières de Marcel et Jane Dieulafoy, puis sans interruption de 1897 à 1979, sous les directions successives de Jacques de Morgan (1897-1912), Roland de Mecquenem (1912-1946), Roman Ghirshman (1946-1968) et Jean Perrot (1968-1979). Ce fonds patrimonial précieux, actuellement en cours de numérisation et d’étude, est en grande partie inédit, seuls quelques-uns de ces clichés ayant été utilisés, en tant que tels ou comme modèle de gravures, pour illustrer les articles, ouvrages et rapports présentant les résultats de la mission. Leur identification progressive permet de préciser le contexte archéologique de certaines trouvailles, la chronologie des découvertes, et illustrent aussi les méthodes de fouilles et la vie quotidienne de ces missions archéologiques. Au-delà, certaines de ces photographies documentent l’état des objets au moment de leur découverte et les restaurations anciennes qu’ils ont subies, et permettent d’en retracer l’histoire matérielle. A travers des exemples choisis et la présentation de campagnes de restauration en cours pour lesquelles ces photographies anciennes se sont avérés primordiales, nous interrogerons ainsi l’importance de cette documentation à l’aune de l’étude de la matérialité des œuvres dont le musée du Louvre est aujourd’hui le conservatoire. (F.B)

Fouilles de la grande tranchée dite de Morgan sur le tell de l’Acropole de Suse (Iran), vers 1900-1905, archives du département des Antiquités orientales, musée du Louvre

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.