Séance 5 : L’archéologie de la Gaule par l’image – Mercredi 20 janvier 17h30-19h (séance ZOOM) envoi du lien sur inscription 

« Dans l’objectif d’Espérandieu. Les archives photographiques des fouilles du sanctuaire d’Apollon Moritasgus » (Olivier de Cazanove – Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Arscan et Vivien Barrière – CY Cergy-paris Université/FRE*HERITAGE).   

Comment les fouilles d’Alise Sainte Reine, et en particulier celles du grand sanctuaire d’Apollon Moritasgus à la Croix Saint-Charles (1909-1913) dirigées par Emile Espérandieu ont-elles été illustrées par la photographie ? Quels ont été les choix stratégiques alors opérés ? La reprise des fouilles à partir de 2008 a permis de mieux comprendre la documentation ancienne tandis que, de manière complémentaire, l’étude du fonds photographique, menée conjointement aux travaux de terrain, a autant contribué à la compréhension de l’activité des fouilleurs d’Espérandieu qu’à celle du sanctuaire gallo-romain.  (V.B-O.C)

Temple octogonal, vue extérieure des fossés fg et gh du portique, Espérandieu ?, 1909, Palais du Roure Fondation Flandreysy-Espérandieu 

 

« Documenter et photographier les Antiquités nationales » Laurent Olivier (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye) 

Dans toute l’Europe, les années 1860 sont la « décennie prodigieuse » de l’archéologie, qui voit se multiplier les fouilles et les découvertes – révélant la profondeur et la diversité d’un nouveau domaine des Sciences historiques : les Antiquités nationales. L’illustration joue un rôle crucial dans la transcription, la diffusion et la discussion de ces matériaux historiques nouveaux que sont les vestiges archéologiques. Très tôt, la photographie s’impose aux côtés du dessin et du relevé graphique et favorise l’éclosion d’un nouveau langage visuel propre à l’archéologie des Antiquités nationales. Ainsi, l’illustration archéologique, et notamment la photographie, permet-elle de suivre les transformations des connaissances de cette nouvelle branche du savoir archéologique. On voit ainsi comment les chercheurs de la fin du XIXe siècle et des débuts du XXe s’emploient à tenter de déchiffrer les sites et les vestiges archéologiques pour en donner la meilleure représentation. (L.O)

Statuettes de Brassempouy, fouilles de M. Piette,  album photographique (archives de la Société d’anthropologie de Paris) , Muséum national d’histoire naturelle (Paris)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.