Billet de Loïc Damelet : Photographe au centre Camille Jullian

Billet de Loïc Damelet : Photographe au centre Camille Jullian

Loïc Damelet UMR 7299, Centre Camille Jullian

Le Centre Camille Jullian (CCJ) est un laboratoire d’histoire et d’archéologie qui conduit des recherches archéologiques et d’histoire ancienne sur le pourtour de la Méditerranée et en Afrique du Nord, pour des périodes allant de la Protohistoire jusqu’à la fin de l’Antiquité. Cette unité mixte de recherche de Aix-Marseille université, du CNRS et du ministère de la Culture est hébergée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, à Aix-en-Provence.

Plusieurs générations de photographes se sont succédé au service photo du CCJ. L’équipe historique des photographes du laboratoire se composait d’Antoine Chéné, Philippe Foliot et Gérard Réveillac. Loïc Damelet a rejoint Christine Durand et Philippe Foliot en 2001, puis Philippe Groscaux a intégré l’équipe en 2005 lorsque Philippe Foliot a fait valoir ses droits à la retraite. Aujourd’hui, le service photo du CCJ compte toujours trois photographes : Loïc Damelet, Lionel Roux, Philippe Soubias.

Nos activités de photographes s’articulent autour de compétences spécifiques liées à la production, au traitement et à la diffusion de l’imagerie scientifique. Nous intervenons sur les chantiers archéologiques et dans les musées et dans toutes les situations qui nécessitent notre expertise pour la mise en place de dispositifs de captation d’images afin de documenter les gisements archéologiques, quels qu’ils soient. Notre regard dans le domaine de la photographie est une garantie de qualité pour la documentation et un allié précieux pour l’archéologue, pas toujours bien formé à la réalisation et à la gestion des images de fouilles.

Documenter l’archéologie , un regard

Initié à l’archéologie dans l’équipe du Centre de documentation archéologique de Lattes, l’UPR 290 du CNRS alors dirigée par monsieur Guy Barruol (1989), j’ai appris mon métier auprès d’archéologues, dont Michel Py, Dominique Garcia, Philippe Blanchemanche, Jean-Claude Bessac, Thierry Janin, Emmanuelle Capo… et Christian Landes pour ne citer qu’eux.

Vingt-six ans plus tard, lorsque Lionel Pernet, conservateur du musée de Lattes, m’a confié la réalisation des photos pour l’illustration du catalogue « Les objets racontent Lattara » (2015), l’occasion se présentait de retrouver un site « initiatique » que j’ai quitté pour rejoindre le CCJ. Carte blanche m’était donnée pour la couverture photo des objets de l’exposition.

J’ai également été sollicité pour réaliser en toute liberté les photos d’illustration du catalogue de l’exposition « A la table des Gaulois » (2020) présentée au Musée départemental des Merveilles – commune de Tende, Alpes-Maritimes – valorisant le matériel issu du chantier de « la cime de la Tournerie » (Mercantour), sanctuaire gaulois fouillé par Frank Suméra, conservateur en chef au Service régional de l’archéologie à Aix-en-Provence.

Je peux ajouter deux autres catalogues du Louvre sur lesquels je suis intervenu dernièrement : « Sur les pas des archéologues – Apollonia du Pont », collection du Louvre et des musées de Bulgarie sous la direction de A. Baralis, K. Panayotova et D. Nedev (2019) ; « Un âge d’or du marbre – la sculpture en pierre à Delphes dans l’Antiquité » sous la direction de Jean-Luc Martinez (2021).

La participation à des catalogues d’expositions reste une tradition chez les photographes du CCJ. Leur regard et leur savoir-faire apportent une plus-value sur le matériel issu des fouilles, que ce soit pour le matériel présenté dans un cadre muséographique ou pour l’expertise scientifique. Les photographes collaborent avec les chercheurs et les partenaires du CCJ, dans le cadre des programmes de recherches du laboratoire. Ils participent à des missions pour les institutions archéologiques régionales, nationales, internationales ou avec les musées dans le cadre de conventions de recherche.

Des lieux hors du temps

Lors de nos déplacements, nous traversons des lieux étonnants et nous en rapportons des photos pour témoigner. Comme avec cette église à Narbonne, Notre-Dame de Lamourguier, qui fut transformée en dépôt lapidaire à la fin du XIXe siècle. S’y trouvaient conservés, entassés pour constituer des travées, des blocs inscrits ou sculptés, des stèles, des colonnes, des sarcophages : toute sorte de matériel lapidaire en provenance des remparts antiques de la ville ou de sites archéologiques dans Narbonne. Aujourd’hui, ce dépôt lapidaire n’existe plus et ces vestiges gallo-romains sont présentés dans le nouveau musée archéologique récemment inauguré, Narbo Via. La photothèque du Centre Camille Jullian garde précieusement la trace de ce lieu à présent disparu, au travers de documents originaux.

Archéologie expérimentale avec le Gyptis

Le projet Prôtis est un autre exemple de l’implication des photographes dans le cadre des axes de recherche du laboratoire. Ce programme d’archéologie expérimentale, mené par l’équipe des archéologues navals du CCJ sous la direction de Patrice Pomey, a permis la construction d’un navire qui date de la fondation de Marseille. Cette aventure a débuté avec la fouille et l’étude des vestiges et s’est achevée par la reconstruction du navire et son programme de navigation en mer.

Il s’agit d’une réplique navigante à l’échelle 1/1 d’un bateau grec archaïque dont les vestiges, nommés JV9, ont été retrouvés lors de la fouille Jules Vernes. Ce chantier archéologique mené derrière la mairie de Marseille à partir de 1993 par les archéologues du CCJ a été documenté par l’équipe originelle des photographes. En 2015, Christine Durand, Philippe Groscaux et moi-même avons souhaité raconter l’histoire du projet Prôtis au travers d’un livre de photographies « Le Gyptis ; reconstruction d’un navire antique : Notes photographiques, Marseille (1993-2015) », tel un carnet de bord.

Le livre retrace l’aventure scientifique hors normes de la reconstruction selon les techniques de l’époque du petit corailleur, baptisé Gyptis et de ses phases de navigations expérimentales menées par Pierre Poveda, au plus proche des conditions pratiquées dans l’antiquité pour évaluer les qualités nautiques du Gyptis et ainsi mieux appréhender les techniques de navigation alors en usage.

Archéologie subaquatique : la Madrague de Giens et ses photographes plongeurs

La fouille est, par essence, une activité destructrice. Elle ne peut donc se poursuivre que lorsque l’information, révélée par l’archéologue, est parfaitement enregistrée de façon systématique, couche après couche, jusqu’au substrat naturel. La phase documentaire, au travers de la photographie, est essentielle pour le bon déroulement d’un chantier archéologique : elle va nourrir la production des collègues archéologues pour l’analyse des vestiges.

L’archéologie subaquatique est une spécialité « historique » du CCJ et cette tradition a débuté avec la fouille de la Madrague de Giens. Les archéologues sont devenus alors plongeurs pour intervenir directement sur leurs opérations de fouilles. Exit l’interface du plongeur non archéologue qui triturait maladroitement les vestiges ! Les archéologues ont fouillé le gisement archéologique eux-mêmes. Ils ont développé compétences et protocole spécifique pour réaliser l’exploration des vestiges subaquatiques en s’appuyant sur des méthodes scientifiques. Nos collègues photographes Antoine Chéné, Philippe Foliot et Gérard Réveillac se sont lancés eux aussi dans l’aventure sous-marine pour devenir plongeurs professionnels et se spécialiser dans la photographie subaquatique avec la fouille de Madrague de Giens. Le terrain constitue le cœur de l’activité des photographes du CCJ et aujourd’hui encore nous aimons y consacrer la plus grande partie de notre travail.

Découverte en 1967 à une vingtaine de mètres de profondeur au large du petit port de la Madrague situé au nord-ouest de la presqu’île de Giens (Var), la fouille de l’épave de la Madrague de Giens a débuté en 1972. L’exploration de ce grand navire à deux mâts d’une quarantaine de mètres de long et d’une capacité de charge de quatre cents tonnes, naufragé dans les années 75-60 avant notre ère, qui convoyait principalement des amphores depuis la région de Terracine au sud de Rome, a duré dix ans. Cette fouille a été dirigée par André Tchernia et Patrice Pomey, deux pionniers de l’archéologie subaquatique au CCJ.

Avec cette fouille, la photographie subaquatique a su s’imposer comme une technique très complète. La création d’une abondante illustration se voulait la plus exhaustive possible, notamment par la mise en œuvre du relevé photogrammétrique qui est un dispositif laborieux à installer sous l’eau avec des appareils photos argentiques. Les couples stéréo-photographiques obtenus servaient à restituer une image en relief, au moyen d’un appareil appelé restituteur. Quarante ans plus tard, les photos de nos 3 collègues sont réexploitées au travers des technologies numériques 3D actuelles et alimentent une nouvelle étude des vestiges que dirigent Laëtitia Cavassa et Pierre Poveda. La photographie digitale continue de nourrir et d’enrichir la recherche sur les gisements archéologiques et va bien au-delà du simple témoignage.

Aujourd’hui, le CCJ dispose d’un service plongée structuré, mis en place par Laurent Borel. Tous les archéologues spécialistes de la fouille subaquatique, architectes et céramologues, photographes et topographes, tous les acteurs de la fouille, sont classés, c’est-à-dire qu’ils ont validé les compétences nécessaires au diplôme de plongeur professionnel (certificat d’aptitude à l’hyperbarie – CAH) pour intervenir sur les chantiers en milieu hyperbare. Toutes les compétences sont présentes au sein du laboratoire pour travailler sous l’eau, jusqu’à 50 mètres de profondeur. L’équipe des plongeurs intervient sur les épaves et les installations portuaires, en mer Méditerranée ou en rivière, qui entrent dans le champ des programmes de recherches du CCJ.

Sous l’eau, la communication est réduite et le temps de travail compté. La photographie enregistre les diverses étapes de la fouille et documente le chantier et le travail de l’équipe, comme le marquage des vestiges ou les détails significatifs de construction, qu’ils soient architecturaux ou navals, fixe le matériel issu de la fouille et permet la photogrammétrie systématique des vestiges, etc. Le rôle du photographe est central au sein de cette chaîne opératoire, avec la mise en place des dispositifs de captation d’images. Dispositifs à partir desquels s’effectue la restitution graphique 2D et 3D de ces contextes fragiles et peu accessibles, destinés à l’étude des vestiges lorsque l’archéologue quitte le terrain pour retrouver son bureau.

Le caisson sous-marin équipé d’un appareil photographique numérique (APN) permet de créer un nouveau type de documentation sur les chantiers subaquatiques : la photogrammétrie par corrélation dense de points. La multiplication des points de vue, juxtaposés les uns aux autres, avec un fort taux de recouvrement d’une photo à l’autre, permet de fabriquer un nuage de points à partir des agrégats de pixels de l’image numérique. Il décrit avec précision les vestiges vus sous tous les angles. Calculé à partir d’un logiciel de modélisation du terrain, ce nuage de points permet d’élaborer les outils d’analyse des vestiges archéologiques comme les modèles redressés de terrain, les restitutions 3D, les rendus de coupes, les plans, les orthoimages… L’étude peut se poursuivre au sec sur l’ordinateur. Bien évidemment, la photogrammétrie permet aussi de modéliser les chantiers terrestres.

Le drone, un outil indispensable à la recherche archéologique : le cas d’Olbia de Provence 

La palette d’outils dont disposent les photographes pour rendre compte du terrain s’est enrichie d’un nouvel élément : le drone. La mise en œuvre de cet aéronef équipé d’un APN ne prend que quelques minutes, il peut être déployé à tout moment. Comme, par exemple, lorsque les conditions de lumière sont favorables pour faire la photo. La photographie par drone est un dispositif de captation d’images qui permet de fixer les étapes de la fouille en mode aérien très rapproché, notamment dans un contexte terre/mer peu accessible avec faible épaisseur d’eau, appelé aussi zone shallow water. Son utilisation offre des points de vue impossibles à enregistrer par d’autres moyens.

La photo classique boitier en main, sur une fouille terrestre ou subaquatique, reste malgré tout incontournable pour rendre compte des vestiges archéologiques. Et un principe fondamental n’a pas évolué : le photographe doit déclencher son dispositif de captation d’images au bon endroit et au bon moment pour restituer une information la plus explicite possible, qu’il se projette dans les airs au travers du drone ou muni d’un APN dans la main. Une bonne image remplace avantageusement de longs discours et s’attache à préciser le contexte archéologique au spectateur en un regard.

En 2013, j’ai donc développé une nouvelle compétence au sein du CCJ : la photographie aérienne depuis un drone, avec la mise au point d’un multi-rotor radio commandé équipé d’un capteur numérique embarqué. La contrainte était simple : installer sur une nacelle orientable un APN pour photographier depuis un petit vecteur aérien, muni d’un retour vidéo pour cadrer proprement et obtenir des photographies de qualité. Alexandre Baralis a accepté de financer pour moitié la construction du drone, dans le cadre de son programme sur la mer Noire, programme conjoint CCJ/musée du Louvre. Les premières expérimentations ont donc débuté sur le chantier de Messarité, à Sozopol (Bulgarie). Malgré les très nombreux problèmes techniques rencontrés sur le terrain, liés à la mise au point de l’engin, nous avons obtenu des résultats surprenants et produit des photos basse altitude pour générer des photomosaïques et des orthophotos. Les réticences à l’utilisation du drone étaient vaincues et les nouveaux champs d’applications s’imposent aujourd’hui par leur efficacité pour l’étude du terrain.

La fouille sous-marine dirigée par Laurent Borel et Alex Sabastia sur la partie maritime du site archéologique d’Olbia, Hyères (Var), a profité largement de ce nouvel appui aérien. La difficulté du repérage des structures en mer à faible profondeur a nécessité l’utilisation d’un drone pour réaliser une photomosaïque du site vue du ciel, sur une surface d’un peu plus de quatre hectares. Le modèle numérique de terrain réalisé dans un second temps sous l’eau lors de l’exploration des vestiges, coloré en vert jaune orange rouge en fonction de la profondeur des blocs d’architecture, est appliqué sur la photomosaïque initiale réalisée par drone.

L’objectif principal de cette opération archéologique est de réaliser une photogrammétrie des vestiges pour créer un modèle tridimensionnel des enrochements immergés, à une échelle la plus fine possible.

Problème : le site archéologique se trouve dans l’axe de la piste principale de la base d’aéronautique navale Hyères/Le Palyvestre, située à deux kilomètres au nord-est. Ce qui place la zone de fouille au cœur d’une No Fly Zone, c’est-à-dire une zone interdite de vol. Il a été nécessaire de rédiger une « Lettre d’accord » avec les autorités militaires pour intervenir dans un espace aérien très fréquenté, tant par des avions et hélicoptères de l’armée que par de gros porteurs civils qui évoluent à très basse altitude, à moins de cinquante mètres du sol. Je profite de l’occasion pour rappeler que les télépilotes du CNRS bénéficient de l’aide efficace de la Direction de la sureté (DIRSU) – pôle drone – par l’intermédiaire de Philippe Gasnot (FSD), Ignace Cacciaguerra et Delphine Huet. Ils débrouillent l’écheveau administratif qui ne cesse de se complexifier depuis 2013 pour réglementer cette activité drone au développement anarchique qui envahit l’espace aérien partout dans le monde.

Plusieurs mois de dossier et de nombreux échanges avec les militaires ont permis d’obtenir cette autorisation pour évoluer en sécurité dans cet espace aérien normalement interdit à l’usage des drones. Les vues inédites réalisées depuis un drone sur la partie subaquatique du site archéologique d’Olbia justifient ces démarches, d’autant que les vestiges immergés ne sont pas visibles depuis la plage. Mais vu du ciel, avec des conditions météo favorables, l’amas de blocs antiques apparait clairement au premier plan, ainsi que la chaussée romaine (?) qui file vers la plage. Les travaux aériens très basse altitude produit ont permis de mettre en relation les deux facettes d’Olbia : terrestre et sous-marine . Et à l’issue de la première campagne de fouille, une exposition de photographies a été présentée aux Journées nationales de l’archéologie pour raconter le travail des archéologues sous-marins à Olbia.

Cenatio Rotunda : Photogrammétrie dans un escalier hélicoïdal 

Dernier exemple de relevé photogrammétrique : le site exceptionnel et inaccessible de la fouille de la Cenatio rotunda, sur le Palatin à l’angle nord-est de la Vigna Barberini. A l’issue de la fouille dirigée par Françoise Villedieu à Rome, il s’est avéré nécessaire de modéliser un escalier de service, trouvé en l’état, qui devait mener à la salle à manger tournante du palais de Néron. L’ambiance de l’escalier hélicoïdal de la Cenatio rotunda, inscrit dans un cylindre de quatre mètres de large pour vingt mètres de hauteur, s’apparente aujourd’hui à celui d’une cavité sous-terraine, avec l’absence de lumière, la fraîcheur et une très forte humidité ambiante.

Cette énorme tour de plan circulaire a été enfouie sous le sol de la terrasse flavienne qui lui a succédé. L’escalier file vers le bas de la structure. La lumière du jour qui rentre au niveau du palier d’arrivée décline très rapidement. Au bout de quelques marches, le noir devient absolu et, passé le premier tournant, la descente se fait à tâtons. A cela, il faut ajouter l’étroitesse des marches, une soixantaine de centimètres de largeur, qui implique un cheminement à travers un boyau exigu difficile à photographier. La réalisation de la captation des données, nécessaires pour le relevé photogrammétrique, présentait donc quelques contraintes : espace restreint, noir profond, humidité et fraîcheur importante, tout cela au cœur du Palatin surchauffé pendant la période estivale. En outre, la systématicité des prises de vues, avec la redondance de la gestuelle technique, rendait le travail laborieux.

Le cahier des charges, en termes de résolution des fichiers images pour la photogrammétrie, était strict. L’architecte, Nathalie André, attendait une résolution finale permettant l’observation des joints qui lient les briques les unes aux autres sur tout l’ensemble de la structure. Le dispositif de captation des données numériques devait donc permettre la réalisation d’un nuage de points avec un maillage très fin, un pixel pour deux millimètres sur le terrain, pour élaborer les outils d’analyse et de mesures nécessaires à l’étude du monument dans ses détails les plus fins. Cette modélisation, conçue à l’origine pour l’étude scientifique, a été déclinée dans une version adaptée au grand public pour une visite en immersion virtuelle.

Cette campagne photogrammétrique du Palatin a nourri une réflexion sur l’accumulation des données générées par la virtualisation des monuments, d’une part et contribue à réfléchir à la valorisation du patrimoine architectural, d’autre part.

Depuis le XIXesiècle, les photographes se promènent sur les sites archéologiques et en rapportent des photos. Aujourd’hui, nous, photographes du Centre Camille Jullian, poursuivons cette tradition. Nous développons et mettons en œuvre des méthodes et des dispositifs photographiques pour rendre compte du terrain dans ses détails les plus fins, toujours avec le souci de nous adapter à son contexte particulier et selon un cahier des charges précis. Nous parcourons les sites archéologiques et les musées des pays du pourtour méditerranéen, nous nous déplaçons d’une opération de fouille terrestre à un chantier subaquatique pour garder la mémoire des vestiges du passé. Regards vivants d’une recherche en cours d’élaboration, nous sommes des observateurs privilégiés auprès des archéologues. Notre travail nourrit la production scientifique en même temps que notre imaginaire vis-à-vis des gisements archéologiques. L’évolution de la technologie ne change rien à l’affaire. C’est la qualité du regard qui prime.



Citer ce billet
Anissa Yelles (2023, 30 janvier). Billet de Loïc Damelet : Photographe au centre Camille Jullian. Séminaire doctoral "Archéologie et photographie" ED112-ArScAn UMR7041 . Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcqn

Anissa Yelles

Anissa Yelles est docteur en archéologie romaine et chercheur associée au laboratoire ArScAn équipe GAMA. Ses recherches sont consacrées à la réutilisation des archives photographiques de fouilles comme sources primaires pouvant contribuer au renouvellement des connaissances pour l’étude matérielle (archéologie du bâti) des sites romains de la période tardo-républicaine et impériale en contexte urbain stratifié (en Gaule-romaine, Italie et Afrique Proconsulaire).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search