Séance 2 : Epistémologie de l’image archéologique

La reconstitution des pratiques scientifiques passées via l’analyse de leur iconographie scientifique L’exemple du chantier-école de fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure (Yonne) 1946-1963  Alfonso Ramirez Galicia (Labex CAP-Paris 1) 

La reprise des données et des fouilles de sites archéologiques anciennement fouillés est toujours une entreprise difficile et polémique. Comme, normalement, il s’agit de gisements riches et exceptionnels ils ont été soumis à des transformations – plus ou moins destructrices – produites par les recherches archéologiques qui se sont succédées au fil des siècles. L’étude des archives de fouille – couplé à celle de la matérialité actuelle des paysages archéologiques – est l’une des voies possibles pour reconstituer la vision scientifique et les pratiques qui ont produit ces anciennes données.

Cependant, il s’agit d’une voie indirecte car il faut retrouver la logique non-verbalisée, matériel et collective qu’a guidée la réalisation quotidienne des actes scientifiques, par-dessous leur intentionnalité avouée. Ces archives comportent souvent des riches corpus iconographiques : des dessins, des croquis, des plans des relevés de coupes, des séries photographiques et des films. In fine, cette reconstitution des pratiques scientifiques passées nous permet de comprendre la logique de construction des données anciennes pour les recontextualiser et les exploiter à travers les méthodes modernes. Nous réviserons cette nouvelle démarche dans le cas du chantier-école de fouilles d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure, site clef dans le développement des méthodes modernes de décapage des sols d’habitat et dans la discussion de la place de Neandertal dans l’avènement de la modernité humaine.(A.RG)

Séance de réflexion, Pincevent 1969, source : P. Soulier , André Leroi-Gourhan (1911-1986). Une vie, Paris, CNRS Éditions (Le passé recomposé), 2018.

« Fiches, croquis, clichés: sur les pratiques documentaires d’André Leroi-Gourhan » : Nathan Schlanger (École des Chartes/Laboratoire Mabillon)

Je me propose dans cette intervention de mettre à profit les riches et diversifiés fonds d’archives découlant des activités ethnologiques et archéologiques d’André Leroi-Gourhan (1911-1986) pour exposer ses pratiques documentaires, et notamment ses usages de l’image. En m’appuyant sur la notion de ‘chaîne opératoire’ comme sur celle de ‘génétique textuelle’, je vais tenter d’éclairer la production du savoir sur le passé et le présent de l’humanité par un savant tout aussi transdisciplinaire que peu discipliné. (N.S)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.